Ce jeu est sorti le 29 oct. 2004, et a été ajouté en base le 1 sept. 2003 par 20.100

édition 2003
Par Christian T. Petersen
Édité par Ubik et Fantasy Flight Games
Distribué par Millennium

Standalone 5 extensions 2 éditions
Illustration haut boutique Tric Trac
Version disponible
53,95€ 59,90€
 Rajouter au panier cette version alternative
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Moi, j'adore le jeu ET les livres.

Ce jeu n'est pas exempt de critiques, on peut le détester pour certaines imprécisions de ces mécanismes, comme on peut l'adorer. Moi, j'adore.

Pour plusieurs raisons :
- je me suis plongé dans l'univers des livres, et il est fascinant. Le jeu le reproduit très bien, même si la situation de départ n'est pas exact (Robert étant mort, Edard ne devrait pas pouvoir commander son armée quand on sait ce qui s'est passé...)
- Le jeu est fondé comme ca a été dit sur un mécanisme à la Diplo : des ordres pour chaque unité, une écriture plus simple que Diplo où il faut maitriser le langage de programmation, alors que là, on pose des jetons.
- Un jeu d'alliance et de trahisons. Il faut aimer les embrouilles, et ne pas être géné par le fait de devoir trahir un ami, favoriser un adversaire plutôt qu'un autre, entourlouper, écraser un faible. C'est un jeu de pourri, il faut assumer. Moi, j'adore.
- Très peu de chance : les unités se battent selon une règle de comptage stricte, pas de dés, pas de hasard, juste des armées et des alliances. Même les égalités sont tranchées par l'ordre des joueurs sur la table de fief, déterminé par le joueur qui aura été le plus avisé en s'assurant auparavant une bonne place.

En somme, un bon jeu de tactique, de diplo et de stratégie.

Néanmoins, il n'est pas exempt de critiques :
- Ca a été dit, le système de ravitaillement et de recrutement d'armée est merdique, à cause des cartes Westeros. Il est rare que ca arrive, mais il peut ne pas y avoir de recrutement pendant très longtemps, et donc handicaper le développement de la partie. Sur 10 tours, c'est énorme de manquer deux tours de suite qui auraient dû statistiquement être du recrutement. Idem pour le ravitaillement.
Plus embêtant : on s'empare d'une place forte ennemi, et là : bingo: recrutement. Aussitôt, on fait apparaître un chevalier que l'autre aurait dû avoir. On s'empare de la même place forte, pas de recrutement, aille : la contre-attaque sera fatale.
Alors que le jeu tourne quand même sur l'absence de hasard, c'est le hasard qui détermine le recrutement et le ravitaillement, là où Diplo introduit un rythme connu qui permet d'anticiper tactiquement.
Ce n'est pas que négatif : cela créé une tension, et favorise ou pas une politique de prise de risque. Mais c'est un élément aléatoire qui peut jouer beaucoup sur une partie.
- Je ne trouve pas qu'il y ait tant de diplo que ça dans ce jeu. Mon expérience n'est pas encore grande, mais apparement, je ne suis pas le seul à penser que chacun fait ses ordres dans son coin, prépare ses tactiques, et si l'occasion se présente parfois, on soutient ou on coupe un soutien.
Pourquoi? Dans Diplo, on est 7, on a trois armées chacun : on NE PEUT PAS gagner seul. On a donc besoin des autres, c'est une nécessité en terme de jeu. Pas dans le trône de Fer. On peut jouer sa partie dans son coin, avec de bonnes tactiques. Un alliance solide dans un coin qui garantit une absence d'attaque est la meilleure diplo, et hop, on porte l'effort de guerre de l'autre côté. Pas besoin de soutien adverse pour gagner, car souvent, l'autre est aussi occupé avec sa propre tactique. Dans Diplo, pas de soutien, c'est toujours la défaite.
Dans Diplo, on compte peu d'ordres. Dans le Trone, on en a pléthore, et même si le système est ingénieux, chacun est plus occupé par ses tactiques personnelles que par la nécessité d'une alliance. Difficile de négocier, car tout est trop complexe pour pouvoir discuter sur une petite carte blanche vierge de Westeros.
Dans Diplo, il y a une phase diplo. Pas dans le Trone : il faudrait une vraie phase où les joueurs auraient le temps de parler, discuter, influencer, se retirer dans un coin.
- Le système de cartes de personnage est sympathique, mais un peu irréaliste. On utilise un général pour son armée lors d'un combat, mais le tour d'après, son armée continue et lui n'est plus là. Il est partie à la piscine, sans doute, Mace Tyrell. Compréhensible dans le système de jeu, mais un peu dommage en terme d'ambiance par rapport au livre.
- L'attaque des Sauvageons : je ne trouve pas le système terrible. Devoir bloquer des unités dans la Garde de nuit, je trouverai ça plus proche du livre, et très contraignant pour les joueurs. Peut être à tester?

Malgré tous ces points, et une défaite au demeurant humiliante avec les Lannisters, je trouve ce jeu vraiment intéressant, et il faut qu'on arrive à y faire naître une vraie ambiance, des rivalités à la Diplo.
En tout cas, j'acheterai l'extension, même si elle vaut cher.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default