Das Ende des Triumvirats
Ce jeu est sorti le 3 oct. 2005, et a été ajouté en base le 3 oct. 2005 par 20.100

édition 2005
Par Johannes Ackva et Max Gabrian
Édité par Z-Man Games et Lookout Games

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Mériterait un meilleur matériel...

La fin du triumvirat m'avait été conseillé il y a quelques années de cela par un ami, qui le décrivait comme étant bien calibré pour jouer à trois. J'avais donc acquis la bête, tout désireux que j'étais d'avoir quelque chose de bien à proposer dans cette configuration, les jeux qui donnent bien à trois joueurs n'étant pas légions.

Ce n'est cependant que le week-end dernier que j'ai eu l'occasion d'y jouer, et le résultat de la partie me laisse un sentiment mitigé. Les trois conditions de victoire sont très différentes: entre la compétence, la guerre et les élections, le choix est difficile, mais néanmoins très orienté par les positions de départ de chaque personnage: César semble taillé pour la Guerre, Crassus pour la politique, et Pompée pour la compétence. J'imagine que l'on peut toujours prendre le contrepied de son rôle, mais pour ma première partie, j'ai choisi d'optimiser au maximum les talents de Crassus, me contentant d'envahir l'Egypte pour bénéficier de ses revenus. Ma stratégie s'avéra payante: pendant que César et Pompée se lançaient dans une ronde pour la conquête de territoires, je thésaurisais, augmentais mes compétences politiques, et achetais des citoyens au Sénat... Au final, je n'ai même pas eu besoin d'attendre les deuxièmes élections: mon avance dans les compétences politiques rendait le coût des sénateurs exhorbitant pour mes adversaires. Il m'a suffit d'accumuler 6 partisants au Sénat pour empocher la victoire, un tour avant la deuxième élection.

Au final, je ne saurais dire si cette victoire un peu trop facile est due à un déséquilibre dans le jeu, ou à l'absence de réaction de mes deux opposants suite à mon élection en tant que Consul.

Dans tout les cas, il me semble clair que la multiplicité des stratégies possibles devrait me permettre de ressortir ce jeu assez régulièrement, sans risque de lassitude...

Mon seul regret: le côté austère du matériel de jeu: les légions sont représentées par des cubes, les gouverneurs par des cylindres, et les Triumvirs par des gros carrés en bois. Même si c'est très lisible, ce n'est pas de nature à favoriser l'immersion dans le thème. A quand des Meeples légionnaires?

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default