Ce jeu est sorti le 11 déc. 2009, et a été ajouté en base le 11 déc. 2009 par Monsieur Phal

édition 2009
Par Vlaada Chvátil
Illustré par Radim Pech, Milan Vavron et David Zapletal
Édité par QWG Games
Distribué par IELLO

Standalone 2 extensions 2 éditions

Mecanisme coopératif original. Jeu très énergique. Peu accessible à certains joueurs.

1.Analyse du mécanisme
J'adore les jeux coopératifs.

Le problème des jeux coopératifs, c'est de fournir un ennemi : si on est 5 à essayer de résoudre un problème parfaitement connu et maitrisé, il y a peu de chances qu'on n'y arrive pas.

La plupart des autres jeux coopératifs utilisent le hasard pour résoudre ce problème : on ne peut pas vraiment planifier nos actions à long terme, car on ne sait pas entièrement à l'avance ce qui va se passer.

En général, ils proposent aussi un "félon", c'est à dire quelqu'un qui fait semblant de jouer avec l'équipe, mais qui en fait essaie de la faire perdre.

Space alert a recours à un autre mécanisme qu'il est le seul à exploiter à ma connaissance : la panique. Il est très (mais vraiment TRES) difficile pour une équipe de coordoner ses actions en temps limité.

Bravo donc aux concepteurs qui introduisent ici réellement un nouveau mécanisme de jeu.

2.Expérience de jeu
Ce jeu est une décharge d'adrénaline, au moment où l'on clique sur le bouton "play", on commence à paniquer, on a les sens en éveil, le cerveau qui commence à turbiner... cela en devient Pavlovien.

Space Alert est donc un jeu très intense, à tel point qu'on aura parfois du mal à enchainer 3 ou 4 parties de suite. On a besoin de repos.

Malheureusement, ce mécanisme a un très gros défaut : il laisse de coté pas mal de joueur. La meilleure stratégie que nous avons pu élaborer pour gagner consiste à remettre l'ensemble des responsabilités dans les mains du capitaine du vaisseau, et que les autres membres de l'équipage agissent exactement comme des lieutenants, c'est à dire en ce concentrant sur des sous-objectif limité assignés par le capitaine.

Autrement dit, Space alert laisse sur le coté à la fois les joueurs qui n'aiment pas optimiser des problèmes et ceux qui n'aiment pas donner des ordres.

Il faut donc bien choisir son public. Une fois que cela est fait, c'est vraiment un jeu passionant.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default