Ce jeu est sorti le 4 janv. 2010, et a été ajouté en base le 24 août 2009 par 20.100

édition 2009
Par Bruno Cathala et Ludovic Maublanc
Illustré par Miguel Coimbra
Édité par Matagot
Distribué par Surfin' Meeple

Standalone 4 extensions
Illustration haut boutique Tric Trac
53,10€ 59,00€
 Rajouter au panier
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Maraudage & Sabordage

Cyclades est un jeu d’expansion et conquête pour 2 à 5 joueurs sorti en 2009 chez Matagot, sur le thème de la Grèce Antique. On appréciera d’ailleurs tout le double sens du nom du jeu entre les Cyclades, îles grecques et « cyclades » puisque la règle précise que le jeu est partitionné en « cycles » et non en manches ou rounds.

Le jeu ne dispose pas de piste de score, mais de pions bateaux et d’unités terrestres (hoplites) qu’il conviendra de (dé)placer sur le plateau pour étendre son contrôle territorial et fonder des métropoles. Le joueur qui réussit, au terme d’un cycle, à avoir 2 métropoles de construites est le vainqueur, éventuellement départagé par l’or possédé si 2 personnes atteignent cette condition en même temps. Les métropoles s’obtiennent de 3 manières : par la construction de 4 bâtiments différents (forteresse, université, temple et port), à l’acquisition du 4ème philosophe, et par la conquête de l’île sur laquelle un adversaire en a fondé une au préalable.

Un cycle commence par le réassort des créatures mythologiques sur les 3 emplacements prévus à cet effet (1 seule est disponible au 1er cycle). Ces créatures vont vous aider, lors de la phase des actions, à exercer un pouvoir particulier sur le jeu moyennant un coût d’activation (les créatures ne sont pas conservées, mais activées puis défaussées). On procède ensuite à la phase des revenus (on gagne 1 pièce d’or par marqueur de corne d’abondance disposé sur un territoire contrôlé. Après vient la phase des enchères gagner le droit d'activer un Dieu, puis la phase de réalisation des actions en fonction des enchères remportées et dans l’ordre descendant des dieux présents sur la piste : le joueur qui aura fait l’enchère la plus élevée sur le dieu situé le plus haut sera donc 1er joueur. Il va s’acquitter du montant de son enchère puis accomplir les actions proposées par ce Dieu moyennant le coût indiqué (on paye beaucoup dans Cyclades…), éventuellement s’offrir l’aide d’une ou plusieurs créatures, et éventuellement résoudre un combat si, à la suite de ses déplacements, il se retrouve en prise directe avec des unités adverses sur une même case, de mer ou de terre.
Les autres joueurs feront de même, jusqu’à ceux qui se seront placés sur Apollon (car on peut être plusieurs sur la piste d’Apollon à l’inverse des autres dieux, en revanche on n’a accès ni aux constructions ni aux actions ni au recrutement de créatures). On vérifiera alors les conditions de victoire, puis on entamera un nouveau cycle, et ainsi de suite. On n’est donc pas dans un jeu de construction du plus bel empire, mais bien dans une course au développement avec beaucoup de tactique, d’interaction et de combottage (des cartes créatures)

La place de 1er joueur est très prépondérante, peut être trop, car le 1er joueur peut s’emparer de toutes les créatures ; il aurait fallu soit compléter les créatures au fur et à mesure qu’elles sont choisies pour permettre à chacun d’en prendre, ou -au pire- proposer une remise à l’acquisition égale au nombre total de joueurs – (« moins ») son rang dans l’ordre de tour et limiter l’achat à une seule créature.

Bref, Cyclades est un bon jeu, thématique à souhait et servi par une très belle réalisation qui donne envie de manipuler les pions et cartes tout en révisant ses connaissances mythologiques, mais qui souffre de problèmes d’équilibrage ; entre les dieux d’abord (qui peuvent donner lieu à des tours assez fades si par exemple seuls Athéna, Zeus et Apollon sont en jeu) et ensuite entre les joueurs. En revanche, le système des combats est bien pensé, réaliste (avec les assauts successifs et la possibilité de retraite) sans être trop complexe. Ceci est assez rare dans le monde ludique pour que je n’accorde pas à Cyclades un 8.2/10. En revanche, le côté règles « à tiroirs » (Vous pouvez accomplir l’action si, et si, sauf dans le cas où) est un peu horripilant. Le jeu à 5 est très difficile et contraint à des alliances…Forcément temporaires. Comme dans tous les jeux d’affrontement direct, il ne faut pas jouer avec des gens trop susceptibles et respecter cette éthique qui consiste à ne pas s’acharner constamment sur le même joueur, mais sur celui qui se rapproche le plus des conditions de victoires à l’instant T.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default