Charterstone

Charterstone

Édition 2017
1 à 6 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
60 min
Temps de partie
79,90 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar
L'avis de Tric Trac sur ce jeu
Aucun avis

Manque de fun

3,4
Et c’est un pousseur de cubes en bois qui vous le dit.

Si vous êtes du genre joueur passionné et que vous vous attendez à du jeu un peu costaud avec des décisions déchirantes, passez votre chemin. Charterstone est un legacy pour débutants – j’avais pourtant l’impression que le legacy était plutôt un truc de connaisseur.

En résumé, c’est plat, très plat. La narration est peu crédible et le scénario est quasi-inexistant, tant les parties se ressemblent.

Le système de jeu est plat : à mon tour je pose un ouvrier quasi sans contrainte (un bâtiment occupé peut être occupé par un autre pion – donc interaction bien pauvre) ou je reprends tous mes ouvriers.

La mécanique du marqueur progrès nous a beaucoup déçus : on ne veut pas l’avancer pour ne pas donner le point de réputation au voisin, mais faut bien que quelqu’un s’y colle à un moment… Une ou deux autres mécaniques apparaissant pendant la campagne sont bien pourries aussi. Lors d’une partie, on a un élément vraiment étonnant, on se dit « tiens… ? » mais finalement, ça tombe à plat.

L’étal de cartes est un bien médiocre moyen de mettre ces cartes à disposition. À la fin de la campagne, il y a tellement de types de cartes qu’il faut de la chance pour que le type souhaité sorte.

Pendant 6 ou 7 parties, je me suis profondément ennuyé, car la tension ne montait jamais. Ce n’est qu’à partir de la 8e que j’ai commencé à trouver ça correct – mais pas non plus excitant – car on commençait à avoir un jeu un peu plus complet.

Oui, car Charterstone, c’est finalement un jeu un peu complexe mais pas trop, que l’on a initialement dépouillé de tous ses attributs, pour les lui redonner au fur et à mesure. Beuh.

Les effets des bâtiments : certains sont extrêmement plats (gagner 1 ressource, payer 1 ressource pour avoir 1$, payer 1$+1ressource pour 1 carte – wouuuuh, décoiffant de chiantise) et dès qu’un bâtiment a un effet sympa, son coût d’activation est très élevé (4 ressources + 3 influ / 2 ressources + 4 pièces, etc.). Donc c’est plat, c’est lent, c’est chiant. Si seulement on pouvait appliquer l’effet des bâtiments plusieurs fois – à condition, bien sûr, d’en payer plusieurs fois le coût –, ça aurait pu être plus dynamique. Mais non. Beuh.

Ou des rôles bourrins :
- gagnez 1 $/PV/ressource/marqueur influ lorsque vous devez en dépenser ou gagner
- aucune limite de stockage
- quand vous activez un bâtiment payant, vous pouvez l’activer jusqu’à 3 fois
Mais non. Beuh.

Ah ! autre truc génial : vous savez, le dé qui représente la légendaire Charterstone, celle qui donne son titre et son thème au jeu, ben… il sert à rien qu’à déterminer le premier joueur en début de partie…

Il y aurait vraiment eu de quoi faire dans ce grand bac à sable, mais notre impression reste celle d’un jeu bâclé, beaucoup trop léger et mal scénarisé.

Vivement un legacy pour gamers.
 Les plus
 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default