Maître ès-croc

6,0

Sorti quelques mois à peine après la réédition de Space Hulk, Claustrophobia semble déjà avoir trouvé son public et bien que fort différent, il vient se poser en alternative au jeu mythique de Games Workshop. L'engouement que suscite Claustrophobia est-il justifié?

N'affectionnant pas trop ce genre de jeu, je ne saurai répondre à cette question. Petite revue point par point.

D'abord, le thème. Archi-vu et revu, il ne m'enthousiasme guère: à aucun moment je n'ai ressenti une ambiance oppressante ou quelconque jubilation à cheminer dans les galeries de la nouvelle Jérusalem. Ceci dit, malgré mon aversion pour l'univers proposé par le jeu, force est de reconnaître que les actions et effets des 2 camps s'inscrivent fidèlement dans la trame thématique.

Ensuite, la mécanique. Pas de doute, c'est très simple et fluide: ça tourne bien. Les règles sont apprises en 5 minutes et ne souffrent d'aucun point litigieux. Cependant, le principe d'assignation d'un dé à une caractéristique n'est vraiment pas mon truc: je trouve ce procédé peu crédible, limitatif, peu passionnant et de surcroît éculé jusqu'à la moelle. Ce mécanisme simpliste favorise la fluidité au détriment de la profondeur. Bref, ça ne suinte pas d'originalité.

Claustrophobia est présenté comme chaotique, et il l'est à plus d'un titre: il y a les dés, il y a le tirage des cartes et le tirage des tuiles.

Le terrain se révèle au fur et à mesure de la progression des humains, ce qui est en soi plus logique. Mais le réel avantage, c'est de pouvoir donner un grand nombre de combinaisons à l'ordre de sortie des tuiles: ainsi un même scénario se présentera de manière bien différente d'une partie à l'autre, ce qui allonge considérablement (quoiqu'artificiellement) la durée de vie du jeu. Le revers de la médaille, ce sont les grands écarts de difficulté que ce tirage aléatoire peut générer. Conséquence: certaines parties risquent de filer en eau de boudin.

Un autre reproche à formuler concerne le contenu. Beaucoup de joueurs se sont extasiés sur le soi-disant excellent rapport prix/matériel. Pour ma part, je trouve la "boîte à outils" un peu vide en dépit des apparences: il y a à peine assez de matériel pour faire tourner le jeu et les 6 scenarii, ce qui poussera inexorablement les fans à se ruer sur les possibles (mais hautement probables) futures extensions. Le jeu semble bridé dès le départ, et c'est dommage. Si je devais faire un comparatif entre Claustrophobia et Space Hulk sur le matériel, ce dernier l'emporterait aisément, même en tenant compte de la différence de prix.

Malgré ces défauts, il faut saluer toutefois le travail de l'auteur, qui a réussi à établir un relatif équilibre entre les 2 factions dans un jeu où le hasard est tout de même fort présent. Et bien que plusieurs paramètres échappent complètement à notre contrôle, il est parfois possible de tirer les marrons du feu en optimisant ses déplacements, ou l'ordre d'activation des personnages et de leurs pouvoirs.

Globalement trop hasardeux à mon goût et affublé d'un thème tellement convenu qu'il agit comme repoussoir, Claustrophobia ne fera sans doute jamais partie de ma ludothèque, d'autant plus que Space Hulk y figure déjà. Mais je ne refuserai pas une partie à l'une ou l'autre occasion.

[i]Nb de parties: 3

Commentaires

Default