Shakespeare
Par RV Rigal
Illustré par Arnaud Demaegd et Neriac
Édité par Ystari Games
1 à 4
Joueurs
13 ans et +
Âge
~
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Ma note concerne le jeu AVEC son extension (indispensable)

7,9
À quoi bon revenir sur ce qui a été dit cent fois ? Arrivant après la bataille, je me conterai d'écrire que "Shakespeare" m'a séduit. Élégant et consistant, réussi dans sa conception d'ensemble et original par son thème (on aurait aimé plus de "littéraire" dans le gameplay, mais bon), il souffre néanmoins de trois défauts :

1/ des pistes d'actes figées et sans grande tension intrinsèque. Personnellement, j'aurais aimé quelque chose comme un objectif commun variable (commande de la Reine), qui modifierait la structure des pistes à chaque partie ; zones de pénalité plus ou moins étendues, bonus divers à récupérer pour le premier qui arrive dessus indépendamment des répétitions costumées, etc.

2/ l'obligation de sacrifier des actions pour pouvoir jouer en premier (important pour recruter l'acteur ad hoc ou prendre les tissus et éléments de décor dont on a besoin au marché). L'extension "Shakespeare Backstage" gomme complètement ce défaut en apportant une richesse et un punch indéniables.

3/ le fait d'être un jeu à contre-courant face à la tendance contemporaine du gros jeu de stratégie/gestion qui consiste à proposer des jeux foisonnants jusqu'à l'excès, à offrir une expérience de la profusion (de matériel, de procédures de jeu, d'actions, de possibilités de scoring à tout-va). S'en suit une certaine confusion, sinon une confusion certaine, entre complication et complexité. Les jeux attachés à la notion d'élégance, c'est-à-dire à la nécessité de la concision/concentration, qui seule permet une certaine forme de densité (que tant confondent avec ce qui n'est que de la lourdeur), semblent devoir être un peu mis sur le banc de touche aujourd'hui ; pas assez de règles, pas assez de matos, pas assez de complication. Tel est le destin de "Shakespeare", qui n'a pas su s'imposer commercialement (la preuve, il n'y a plus aucun suivi de la part de l'éditeur).

Si cela intéresse quelqu'un, je développe cet aspect dans mon avis laissé à propos de l'excellentissime extension "Shakespeare Backstage". Comme cela a été dit et redit, celle-ci est indispensable. Ma note ci-dessus concerne le jeu ET son extension.

Commentaires

Default