LIBERTE un peu, EGALITE beaucoup…

sur Liberté
8,0

Quant à la FRATERNITE, tout dépend de l’issue de la partie ;)

Martin Wallace se penche sur une période trouble et fédératrice de l’histoire France : la révolution française. En effet se jeu se déroule de 1789 à 1799, année du coup d’état de Bonaparte. Durant ces 10 ans (4 tours en réalité) chaque joueur façonnera le paysage politique de la France et devra en tirer patrie… euh.. en tirer parti.

Parlons du matériel : n’ayant joué que sur la version de Valley games, je ne pourrais me prononcer sur celle de l’époque à savoir celle de Warfrog.
Le plateau est sobre tout en étant coloré et présente une carte d’un territoire familier de tous.
Chaque région est représentée par une couleur vive, les provinces sont clairement délimitées.
Les cartes « personnalité » sont toutes colorées en fonction de la région où elles vont interagir et ont une représentation d’une personne ayant joué un rôle durant cette décennie. Je soupçonne l’éditeur d’avoir collé la frimousse de l’auteur sur un de ces personnages ;) (à vous de le retrouver).
Les pions « politique » et les marqueurs sont tous en bois, rien à redire là-dessus si ce n’est qu’il est arrivé lors d’une partie qu’un joueur n’ait pas assez de marqueurs…

Parlons du mécanisme : On se retrouve face à un jeu de majorité, ni plus ni moins et ceci, du début jusqu’à la fin.

Chaque joueur commence avec 7 carte en main et pendant son tour aura le choix entre :

jouer une carte afin de mettre des pions politiques (maxi 3) d’une certaine couleur (Bleu pour les modérés, Blanc pour les royalistes, Rouge pour les radicaux) sur une région indiqué. Libre à lui de décider de répartir ou non ces pions sur les déférentes provinces de cette région ou de tout regrouper sur une seule province)

Piocher une carte ou de prendre une ou deux cartes visible de tous (un peu comme dans les aventuriers du rail).

Ou passer.

Les rounds s’enchainent jusqu’au moment ou un tas de pions politique est épuisé.

A ce moment précis on regarde, province par province qui a la majorité, afin d’attribuer une voix à telle ou telle couleur politique dans le but de constituer un gouvernement. Celui qui aura le plus contribuer à la victoire du parti au pouvoir aura 5 PV, le second 2PV et celui qui aura le plus participé dans l’opposition 3PV.

Ajouter à cela plusieurs autres moyens de gagner des PV (celui qui aura le plus participé à la victoire militaire de l’armée révolutionnaire, certaines provinces rapportant des PV, plusieurs façon de gagner avec des « morts subites »…) et vous aurez, à première vue, un jeu dont le thème accrocheur avec un mécanisme assez simple.

Simple ? Pas tant que ça ! Et oui, qui dit jeu de majorité dit « cas d’égalité » et là il n’y a que cela tout au long de la partie. Même si les égalités se départagent presque de la même façon, elles ont toute leur petite spécificité qui fait qu’on a toujours le nez dans les règles…
C’est un jeu que je ressortirais avec plaisir mais pas avec n’importe qui (car il est exigent en temps et en réflexion) et pas dans n’importe quelle configuration (maxi 4 joueurs).

Bref, si vous cherchez LE jeu de majorité pour des joueurs exigeants avec un thème bien rendu, Liberté est fait pour vous ! En revanche, si vous souhaitez initier des personnes aux jeux de plateau en général, et aux jeux de majorité en particulier, passez votre chemin… au risque de les voir perdre la tête ;).

Commentaires

Default