Ce jeu est sorti le 9 août 2019, et a été ajouté en base le 17 janv. 2019 par kakawette

édition 2019
Par Sébastien Dujardin, Xavier Georges et Alain Orban
Illustré par Ian O'Toole
Édité par Pearl Games
Distribué par Novalis et Asmodee

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

L'espace des Possibles

Cet avis en sera un : sans revendication d'objectivité ou de synthèse de mécanismes, il sera simplement le reflet de nos sensations après quelques parties. Disons tout de suite que nous n'avons pas encore joué avec la totalité des règles avancées (choix d'une carte parmi 2 à la fin du tour....)

Dès l'ouverture de la boite, l'attention est captée : le -double- plateau de jeu frappe par son dynamisme visuel. L'avancée vers la planète Spes sera une vraie mission. On découvre des composants d'une qualité remarquable et un livret de règles dont le souci de clarté est évident.
Parlons-en des règles puisque c'est le point qui peut intimider. Il est bon de s'y attarder un peu, et de se raccocher au préambule thématique des différents aliens. Parce que nos actions seront toujours justifiées par cette histoire.

Un premier voyage dans l'espace est une plongée vers l'inconnu. C'est aussi ce qui apparait quand on va débuter la partie inaugurale. Où jouer ? Dans le vaisseau, dans l'espace, ou plus intimement sur notre plateau personnel où se concentrent nos technologies ? Forcément on tatonne. Puis les actions se suivent, on est pas trop cohérents mais ça marche. Et enfin on enchaîne.
Un vrai jeu où l'exploration mène à la découverte, avant de parvenir à la maîtrise. Le contraire du one-shot. Un jeu que l'on pourra, et que l'on veut, rejouer.

Finalement, les règles de fonctionnement ne sont pas si compliquées, les joueurs disposent de toutes les informations nécessaires sous leurs yeux. L'iconographie des cartes, des tuiles est bien lisible. Les manoeuvres de dés sont simples.

Et c'est là que Black Angel devient extraordinaire : Ce jeu apporte une liberté incomparable aux joueurs. La complexité ne vient pas des limites qui nous sont fixées par les auteurs, mais de toutes les possibilités qu'ils nous permettent d'imaginer.
On peut toujours trouver quelque chose à faire. Le timing est un élément prépondérent. Le Black Angel avance, les petits vaisseaux partent à la recherche d'objectifs plus ou moins immédiats. Et surtout les lancers de dés. Chacun va les relancer au moment qui semble lui convenir, chacun choisit sa phase de jeu et son moment. Sans synchronisme entre concurrents.
Nouvelle trouvaille : Toute action faite par un joueur pourra avoir un intérêt pour l'autre. La richesse ne vient pas du pourrissement du jeu adverse, mais surtout de la capacité à utiliser les moyens qui sont à la disposition de l'équipage constitué par tous. Ne négligeons pas les débris, ils sont recyclables !

Et voilà comment un jeu peut permettre à notre trio de vivre une aventure bien compétitive intense. Il est hautement improbable de jouer 2 fois la même partie, avec des éléments (les cartes) dont les effets auront des impacts à court, moyen ou long terme selon leur utilisation.
Black Angel est-il un gros jeu ? Sûrement parce que sa courbe d'apprentissage est énorme (à chaque partie nous améliorons nos scores), mais cela ne se fait jamais au détriment du plaisir qu'on y prend. Déjà plusieurs fois des cris d'enthousiasme ont été poussés après un coup qui nous semble réussi.

Alors pour ces mécaniques, et les émotions qu'elles procurent, nous voudrions dire surtout MERCI.
Merci Sébastien, Xavier et Alain pour vos idées et le temps que vous y avez consacré.
Merci Ian pour cet univers visuel, si fort, qui nous embarque
Merci Pearl Games pour cette réalisation (quasi?) parfaite.

Black Angel est certainement un jeu qui marquera notre parcours ludique, et pour un moment.
 Les plus
 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default