Ce jeu est sorti le 2 avr. 2004, et a été ajouté en base le 20 janv. 2004 par 20.100

édition 2004
Par Michael Tummelhofer
Illustré par Doris Matthäus
Édité par Rio Grande Games et Hans im Glück

Standalone 2 extensions 4 éditions

Vraiment bon

Les points positifs :

+ règles relativement simples et tours de jeu rapides
+ des trésors de finesses mécaniques tournant autour du développement : argent / points de victoire
+ grande richesse concernant le rythme : marquer maintenant et / ou investir pour plus tard
+ belle trouvaille que le plateau central avec le marché de cartes sur deux rangées
+ les phases intermédiaires s’intercalent parfaitement et changent de tour en tour, ce qui accentue l’interaction
+ les personnages offrent un contre-poids très (trop ?) important aux bâtiments

Les points négatifs :

- le thème n’est pas particulièrement immersif, mais les cartes sont logiquement réalisées les unes par rapport aux autres
- malgré sa grande richesse, une forme de scénario relativement identique prend place à chaque partie
- pour confirmer le point précédent, les débuts de parties se jouent de façon automatique (à fond sur les verts sans réfléchir)
- quand on est mal parti, le temps est long avant de définitivement perdre, sans gâcher le plaisir d’autrui, donc en jouant le jeu jusqu’au bout
- quelques cartes me paraissent un peu déséquilibrées car très avantageuses
- devoir reprendre les règles en fin de partie (ou juste avant) pour calculer / anticiper le score des personnages

Verdict sans (r)appel :

Comment puis-je donner une si bonne note à Sankt petersburg tout en lui trouvant autant de défauts ? Ses qualités sont assurément tellement grandes qu’elles compensent le reste. Je comprends que ce jeu puisse partager les avis et les ressentis. Certains le trouveront assez froid, à la limite de l’austère, et vraiment trop téléguidé dans sa scénarisation, en particulier lors des débuts de parties. J’y vois pour ma part une rélle réussite sur le rythme, les flux et la tactique dès que le jeu se met en place, après quelques tours. On décèle dès les premières parties l’importance des personnages, mais j’ai déjà vu (rarement) des joueurs gagner en s’étant rués rapidement sur les bâtiments. Leurs points accumulés de tour en tour ne purent plus être ratrappés. C’est donc possible et ça contribue à la richesse de ce jeu que je conseille pour qui s’intéresse au fond des choses, sans se laisser décourager par la forme qui, il faut le reconnaître, n’est pas des plus attrayantes. Qu’à cela ne tienne, Sankt Petersburg me ravit au final !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default