À l'Ombre des Murailles
Par Inka Brand et Markus Brand
Illustré par Michael Menzel
Édité par Filosofia
2 à 4
Joueurs
12 ans et +
Âge
~
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Les murailles ? Celles de la citadelle, évidemment.

8,0

A l'Ombre des Murailles souffre d'un handicap : celui d'être paru après Les Piliers de la Terre, Cuba, et L'Age de Pierre. Il est alors apparu comme une déclinaison de plus dans une série de "Caylus-like"/"Caylus-light"... une de trop. C'est d'autant plus dommage que je trouve que c'est la meilleure de ces déclinaisons.

Et encore quand on parle de déclinaison de Caylus, je ne sais pas en fait si A l'Ombre des Murailles peut vraiment être résumé à ceci. Jouer des rôles pour obtenir des ressources que l'on transformera soit en points de victoire soit en argent. Est-ce réellement Caylus ? Présenté ainsi cela ne ferait-il pas également penser à Puerto Rico ? Et puis le choix de ces rôles ne rappelle-t-il pas Citadelles, ou Notre-Dame ?

Côté matériel également, le jeu s'inscrit vraiment dans la descendance de ses prédecesseurs. Riches illustrations par Menzel, pions en bois de formes variées, et cartes également illustrées : il n'y a pas de doute quant à l'appartenance de ce jeu à cette famille.

A l'usage, A l'Ombre des Murailles s'avère être un jeu très plaisant. Il est fluide, assez court pour être facilement casé dans toute soirée ludique, et le stress lors du choix des rôles est très amusant ("zut, il n'a toujours pas joué son tailleur, si je joue mon ouvrier je risque de me faire prendre ma pierre... ou alors je joue mon architecte : ils ont plein de ressources, donc ils vont probablement construire").

Les actions sont simples, et si l'explication n'est pas si évidente et peut paraître confuse, tout devient clair après deux ou trois tours de jeux.

Au final, A l'Ombre des Murailles est un jeu dont j'ai longtemps repoussé le test, mais dès que je l'ai essayé, je l'ai acheté, et je ne l'ai pas regretté depuis.
Donnez-lui donc vous aussi sa chance.

Commentaires

Default