Ce jeu est sorti le 22 déc. 2012, et a été ajouté en base le 2 oct. 2012 par YeN

édition 2012
Par Dominique Ehrhard
Illustré par Dominique Ehrhard et Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 2 éditions
Illustration haut boutique Tric Trac
40,50€ 45,00€
 Rajouter au panier
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Les galériens de la marine marchande

Serenissima est la réédition de Méditerranée. Ne connaissant pas ce dernier, je vais donc juger le jeu sur pièces...

Les + :

La numérotation des galères et la roue du tour

Les forts et les basiliques (des plus intéressants)

Le dilemme charger + de bonhommes ou + de marchandises

La possibilité de faire un blocus de déplacement et de vente

Le principe de commercer chez les autres pour gagner de l'argent (les autres en gagneront lors d'un décompte)

L'importance du vin et des épices, avec les bonus associés.

La possibilité pour celui qui n'a plus qu'une galère de pouvoir en racheter une.

Les - :

Les combats se font aux dés

1 galère peut attaquer plusieurs galères une à une +1 port au même tour, ce qui fait qu'un joueur chanceux aux dés peut faire un massacre.

Pas très équilibré à 3 joueurs (celui qui ne se fait pas attaquer profite de la déconfiture des 2 autres)

La position de départ a son importance : dans notre partie, un joueur s'est retrouvé en panne de ducats car personne ne venait chez lui (ses ports étaient trop loins, du côté de l'Espagne) , un autre placé en Egypte, a mis la main rapidement sur les secteurs stratégiques (Sicile, Crète, Antalya); le troisième a bunkérisé son domaine centré sur Venise.

Si un même joueur est toujours bloqué, il peut être désavantagé.

Les cartes doges génèrent du hasard. Au début c'est pas mal, mais en fin de partie, cela rend le jeu poussif.

Les cartes ports ne sont pas intuitives et elles changent de main tellement de fois que les joueurs peuvent oublier de les donner.

Le peu de différence entre les cubes marron et violets d'une part, et entre les pions orange et rouge d'autre part.

Quel est l'idiot qui a oublié de changé la couleur sur la case de Tripoli sur le plateau de jeu? Ce n'est qu'au bout d'une demi-heure (une fois la partie commencée et les épices mises de côté pour pouvoir jouer ) qu'on s'est aperçu que c'était Tripoli qui produisant de l'épice !!!! Quelle honte de la part d'un éditeur comme Ystari ! Une faute d'orthographe sur une couverture ça passe encore, mais là.... je suis déçu.

Finalement, Serenissima est un jeu qui n'est pas un jeu de gestion Où l'on peut élaborer et suivre une stratégie durant la partie; mais plutôt un jeu d'opportunisme où il faudra réagir en fonction de ce que font les autres, même si le combat a une bonne part (sans être prépondérant comme dans un jeu d'affrontement pur et dur type Smallworld). Pour reprendre une expression déjà employée par un internautateur, il a le cul entre 2 chaises. Dans le genre jeu opportunisme, je lui préfère Troyes, où le hasard est plus contrôlable et l'interaction moins directe et plus subtile.

Bref, je ne suis pas très convaincu...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default