Ce jeu est sorti le 28 sept. 2004, et a été ajouté en base le 28 sept. 2004 par Juzam

édition 1970
Par Franck Thibault
Édité par Schmidt
Distribué par Schmidt

Standalone

Les échecs de M. Spock

Si vous avez l'occasion d'apercevoir ce jeu au détour d'une brocante ou d'un vide-grenier, sautez dessus sans hésiter, même s'il s'agit de l'édition Dujardin parue sous le nom d'OVNI.
Tout d'abord il y a l'illustration de la boîte, magnifique, qui vous invite à jouer contre M. Spock en personne. Qui y résisterait ?
Ensuite il y a le matériel de jeu de toute beauté, avec de chouettes soucoupes volantes de couleurs vives et un plateau de jeu astucieusement alvéolé pour caler les pièces. Détail important, car l'orientation des pièces est primordiale.
Attention : le montage du plateau en quatre parties est un peu délicat, bien suivre les indications du livret de règles (quadrilingue, si mon souvenir est bon).
Enfin il y a la règle elle-même, d'une simplicité biblique qui rompt justement avec ce qui fait l'essence des échecs : la toute puissance des pièces de premier rang. Ici au contraire ce sont les modeste sondes qui disposent de la plus grande liberté de mouvement. Pour les autres pièces, tous les amateurs de la Guerre des étoiles reconnaîtront la lourdeur des vaisseaux interstellaire, qui doivent d'abord s'orienter avant de passer dans l'hyperespace.
Avec un soupçon d'imagination, vous voilà projeté dans la guerre contre l'Empire. La portée relativement restreinte des pièces laisse soupçonner en outre l'influence du Xianq Qi sur l'inventeur du jeu (Frank Thibault).
Quatrième atout : il existe deux objectifs de victoire : soit terrasser le Commodor ennemi, soit priver celui-ci de son armée.
Tout ceci conduit à un jeu plein d'originalité et de subtilité, qui réclame plusieurs parties avant d'être bien maîtrisé.
Pour ma part j'entrevois pour l'instant deux tactiques possibles : guerilla par envoi d'escarmouches autour de la flotte adverse, afin de décimer celle-ci ; grand mouvement d'ensemble en appuyant chaque pièce par une autre, pour enfoncer les lignes et atteindre le commodor.

Par ailleurs, Ploy peut se pratiquer à quatre, par équipe ou chacun pour soi. Pour un jeu de stratégie pure, ça n'est pas si courant.
En un mot, un jeu rare.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default