Ce jeu est sorti le 7 nov. 2007, et a été ajouté en base le 7 juin 2007 par Grunt

édition 2007
Par Cyril Demaegd
Illustré par Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 2 extensions
34,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Les contraintes du désert...

Amyitis est un jeu de gestion pour 2 à 4 joueurs publié chez Ysari en 2007. Même si les graphismes ont bien vieilli en bientôt 10 ans, le jeu n’est pas dénué d’intérêt. Il s’agit ici de construire l’une des sept merveilles du monde classique : les Jardins suspendus de Babylone, qui furent précisément érigés en l’honneur de la reine éponyme au VIème siècle avant JC.

D’abord, il faut savoir qu’il n’y a rigoureusement aucun hasard dans Amyitis : tous les éléments du jeu sont au vu et au su de tout le monde dès le départ (cartes, coût des déplacements, temples, tuiles jardin). On va donc progressivement construire son jeu au gré des cartes personnages disponibles.
Successivement, chacun sera 1er joueur, et les joueurs auront ensuite le choix entre recruter un des 4 types de personnages (prêtre, paysan, caravanier ou ingénieur) pour respectivement se placer sur un des trois temps, acquérir un cube ressource, gagner un mouvement de caravane ou placer un cube irrigation. Chacune de ses actions vous aidera à récupérer des mouvements de caravanes, qui eux-mêmes vous permettront de récupérer des plantes à installer sur les jardins quand ceux-ci ont accès à l’eau sur un côté (ils doivent être préalablement irrigués). Voilà en gros ce que l’on attend de vous dans ce jeu.

Et le plus vite vous le ferez, le mieux ce sera car il y a deux aspects courses : la faveur d’Amyitis, en toute fin de partie, qui récompense celui qui a placé le plus de tuiles jardins, et la course à l’acquisition des cartes (qui ne peuvent être prises que sur les cases d’angle du plateau Mésopotamie) pour gagner en permanence des revenus, des déplacements gratuits en début de tour ou des points de victoire. Ces cartes ont un certain niveau ; au début, chaque joueur se procure une carte de niveau 1 et à mesure que l’on progresse, leur nombre décroît, et la perspective pour chaque joueur d’augmenter ses aptitudes diminuent. Dès que la carte de niveau immédiatement supérieur n’est plus disponible, il est impossible pour un joueur de progresser encore dans la voie sélectionnée.
Le jeu s’arrête lorsqu’il reste 4 tuiles à planter ou moins

Et mon feeling dans tout ça ?
Bizarrement, je ne me sens pas très libre dans Amyitis où j’ai toujours l’impression qu’il me manque quelquechose pour accomplir ce que je veux : des chameaux pour bouger la caravane sur la case qui m’intéresse, des ressources (qui sont aussi limitées dans leur choix au moment où on les gagne, et aussi limitées en stockage en fin de tour de jeu), d’où une certaine aridité et le sentiment d’enchaîner « des tours à vide » dans les débuts de partie, juste pour récupérer les « bonnes » ressources…. Et devinez quoi ? Quand j’ai enfin réuni les conditions pour pouvoir déplacer la caravane sur un site qui m’intéresse, un de mes adversaires l’a déjà bougé et tout est à refaire ! Amyitis est donc un jeu aux contraintes fortes où la course à l’acquisition des cartes (notamment celles de caravanier) est cruciale car elle donne des bonus significatifs, sous peine de se voir distancé facilement par ses adversaires sans pouvoir revenir dans la partie. Cet aspect punitif et frustrant conjugué à son apparence surannée limite mon appréciation du jeu. On aurait pu par exemple assouplir les règles pour récupérer une ressource de son choix avec le paysan, mouvoir la caravane également dans le sens anti-horaire ou pouvoir accomplir l’action si elle reste en place. Toutefois, Amyitis offre une expérience intéressante aux amateurs de jeux de gestion, servie par une thématique originale. Mais je lui préfère « son faux jumeau » Assyria sorti 2 ans plus tard, avec un plateau plus lisible et plus simple à prendre en main, même si la part de hasard y est supérieure. 8.2/10

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default