Les Bougons de Bourgogne

5,8

Un jeu intéressant qui aurait mérité une meilleure édition.

Mécanique (5/5) :

Côté mécanique, c'est du pur Stefan Feld. Entendez par là que c'est bien pensé, riche et parfaitement équilibré. Stefan Feld a le don de m'étonner : il arrive à revisiter (encore) l'usage des dés tout en offrant au joueur un contrôle sur ses lancers et de nombreuses actions possibles. Le côté aléatoire est donc pratiquement inexistant pour peu qu'on sache s'adapter à ses lancers et au jeu de ses adversaires. C'est d'ailleurs le maître mot du jeu : adaptation. Autrement, comme dans bon nombre de jeux de Feld, il s'agit de faire des points ; et les manières d'y arriver sont nombreuses sans qu'il y en ait une qui prédomine, c'est ce qui fait aussi l'intérêt du jeu : richesse et équilibre. Quant à l'intéraction, elle est présente sans être oppressante.

Thème/Matériel (0/5) :

Passons aux choses qui fâchent. Le thème est tout simplement inexistant, à tel point qu'on se demande comment a été choisi le titre du jeu. On s'étend sur des hexagones de différentes couleurs, on pose des tuiles hexagonales sur lesquelles sont représentés des bâtiments ("c'est une église ça ? Boarf, on s'en fiche, ça n'a pas d'importance pour la suite, tu la poses ta tuile ?"), on échange des tuiles carrées de différentes couleurs avec un dessin de caisse en bois dessus (censées représenter des marchandises différentes), tout cela sans autre but que de faire des points. Côté matériel, si je n'étais pas aussi estomaqué, j'arriverais peut-être à en rire. C'est tout simplement pitoyable, et il est rare que je sois aussi critique sur la qualité du matos, c'est dire ! On a droit à une feuille de papier en guise de plateau personnel, les tuiles sont si fines qu'on se demande si elles ne vont pas plier en les prenant et les couleurs, en plus d'être moches, sont si mal choisies qu'on confond deux d'entre elles (il n'y a pourtant que 6 couleurs dans le jeu) : "c'est jaune pisse ou vert caca d'oie ça ? ... je sais pas, c'est pas censé être le vert clair ?" Pour le coup, on a vraiment l'impression que l'éditeur se fiche de nous. "Et ça coûte combien ? Eh ben..."

Plaisir de (re)jouer (4/5) :

Il est très très fort ce Stefan Feld ! Malgré l'inexistance du thème et la médiocrité du matériel, on a plaisir à (re)jouer et on ne voit pas le temps passer. La diversité des stratégies possibles augure une bonne rejouabilité, et la diversité des plateaux individuels permet d'aborder le jeu sous des angles différents. D'autres plateaux, disponibles séparément à l'achat, viennent encore augmenter cette rejouabilité.

Si vous aimez ce genre de jeu, que le thème n'a pas d'importance pour vous et que vous passez sur la qualité du matériel, vous vous régalerez avec Les châteaux de Bourgogne. Pour ma part, il est hors de question que je mette un kopeck pour une édition aussi nulle. Dommage ! Ce jeu est vraiment très intéressant et il méritait beaucoup mieux. Peut-être que si une réédition voyait le jour, de meilleure facture et mieux thématisée...

Commentaires

Default