Le thème ne repoussera pas...enfin j'espère

sur Attila
8,0

Que voilà un jeu rapide et plaisant, aux règles et aux mécanismes simples et fluides mais avec une large part de choix tactiques, et, dans une moindre mesure tout de même, stratégiques.

Lors de la première partie, il faut s'attendre à naviguer à vue et à être un peu perplexe devant les implications réelles de ses choix. Mais tout s'éclaire franchement à la deuxième.

Le début de partie est assez chaotique (n'écoutez pas les mauvaises langues qui vous diront que toute la partie l'est) : les influences changent beaucoup. Il faut se placer un peu partout en vue de la suite, où chacun va se fixer sur deux ou trois peuples et tenter d'en garder le contrôle. L'augmentation de l'influence au cours des siècles clarifie progressivement les choses.

Le mécanisme de pacification des régions est tout à fait astucieux, puisqu'il permet de refaire sa main en se débarassant de cartes de peuples dont on n'a plus rien à faire. En contrepartie, on avantage les peuples en question. Mais éliminer un peuple d'une région a rarement des conséquences dramatiques, donc c'est assez subtil.

Enfin, il faut aussi savoir jouer ses jetons actions aux moments décisifs.

Bien entendu, il y a une part de chance non négligeable dans le tirage des cartes, le contrôle sur le jeu est loin d'être total (il augmente probablement quand diminue le nombre de joueurs) et la fin de partie est un peu abrupte dans la mesure où un seul coup joué peut créer des écarts de score très importants.

Les principaux défauts de ce jeu restent son thème assez grotesque (ces invasions barbares sont bien gentillettes) et les couleurs de peuples et de joueurs qui coïncident alors que ça n'a rien à voir.

En résumé, Attila est un excellent petit jeu de majorité, dans la lignée de Kardinal&König (qui lui reste cependant supérieur à mon goût).

Nombre de parties : 2

Commentaires

Default