Le sourire de Philippe Le Bel

sur Caylus
10,0

Quel dommage d'avoir placé un tel jeu dans une boite si tristounette ; même Philippe Le Bel semble ignorer la richesse du contenu.
Mais fort heureusement, j'ai eu le grand plaisir de pouvoir ouvrir la boite et utiliser sans retenue son contenu.
Nous avons là une merveille de placement et de gestion où chaque pose d'ouvrier doit être calculée au plus précis. Entre la gestion très serrée des ressources, l'équilibre de placement entre les bâtiments et le château, en évitant le piège (on est tous déjà tombés dedans) de l'ordre d'exécution des actions, les méninges sont soumises à de rudes secousses... Mais on en redemande !
Pour résumer, une petite merveille avec un final souvent frustrant, mais une folle envie de recommencer une autre partie.

Commentaires

Default