Ce jeu est sorti le 15 déc. 2000, et a été ajouté en base le 15 déc. 2000 par Docteur Mops

édition 1999
Par Wolfgang Kramer et Michael Kiesling
Illustré par Alessandra Cimatoribus
Édité par Rio Grande Games, FX Schmid et Ravensburger

Standalone 3 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Le Seigneur du Haut-Château

Il était une fois... un Chevalier vert en forme d'ogive ou de dé à coudre. Son Père, le Roi, était blanc comme un spectre et arborait un beau chapeau de guerre teutonique. Il avait décidé de donner en succession son Royaume de carton, lequel était délimité par des cases de pointage serpentées en forme de rempart crénelé. Au milieu du Royaume, le territoire du Roi s'étendait sur une surface ressemblant à un échiquer.

Le Roi dit au Chevalier et à ses frères côniques : "Mes fils, vous allez rivaliser d'adresse. Pour m'émerveiller, j'entends que construisiez des châteaux sur mon territoire et que vous y postiez vos meilleurs GentilsCônes. Celui dont les acolytes seront situés au plus haut des plus hautes tours sera déclaré Roi !"

Le Chevalier trouva la solution très démocratique. Il engagea les meilleurs architectes pour qu'ils empilent allègrement des morceaux de plastique d'un somptueux orange, le plus magnifique orange qu'on puisse imaginer resplendir à la lumière d'une lampe de ludothèque ! Ses tours étaient majestueuses, et ses GentilsCônes s'y plantèrent comme des sapins de Noël dardant les cieux ! À la fin, le Roi déclara le Chevalier vainqueur et il y eut une grande fête en carton-pâte et en plastique translucide.

--------

Ah, Torres ! Si Kramer n'existait pas, il faudrait Knizia pour l'inventer. Ce serait son ombre maléfique, l'homme des grands jeux ambitieux portant des noms espagnols tambours-et-trompettes; l'homme qui récolte tous les prix pendant que le mathématicien continue à créer des mécanismes de montres suisses.

De toutes les merveilles de Kramer, Torres se situe sur les plus hauts remparts. Il faut le jouer avec tout juste assez de Porto pour se dérégler l'esprit un tantinet, et pas trop, faute de voir les tours vaciller comme à Pise. Oh oui, Torres est un jeu aride pour les calculateurs fous: ceux qui savent que Kramer, dans son génie, écartant tout hasard, sait introduire trop de possibilités pour que les meilleurs d'entre eux arrivent à toutes les envisager. Ils s'arrachent les cheveux, doivent agir trop vite, et font une erreur... Celle qui permet, tout à coup, à votre chevalier de se hisser tout en haut du château que l'adversaire peine à ériger depuis le tout début...

Château, Monsieur Kramer...

P.S. Je recommande ce jeu avec les Cartes Meister et la variante la plus impitoyable, celle qui donne toutes les cartes Action en mains dès le départ.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default