Le prévôt court vers l'aventure au galop

7,4
Je ne saurais dire ce qui a changé entre les deux versions, ma partie de Caylus premier du nom remontant à sa sortie, et à l'époque je détestais les jeux à l'allemande. J'ai depuis revu goûts et envies ludiques, et apprécie même le genre, pour peu qu'il ne soit pas pur algorithme. Ce n'est pas le cas ici, le jeu est certes calculatoire mais le prévôt apporte de l'interaction, pour ne pas dire qu'il vient foutre un joyeux bordel. On s'amuse à donc à construire et s'accaparer des bonus de bâtiments, bénéficier de faveurs, scorer avec des monuments, tout en redoutant les allers et retours du cavalier. Comme quoi au temps de la variole, on peut aussi se divertir. Pas mon jeu allemand de prédilection, car je m'y ennuie un peu, mais un bel hommage rendu des Space Cowboys à un classique adulé et désormais dans le panthéon des grands jds.

Commentaires

Default