Olympos
Ce jeu est sorti le 10 juin 2011, et a été ajouté en base le 23 mars 2011 par Mistersims

édition 2011
Par Philippe Keyaerts
Illustré par Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 1 extension
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Le Pirée à venir !

Olympos est un jeu de 3 à 5 joueurs, qui se destine à un public de 10 ans et plus, publié en 2011 par Ystari. Vous y interprétez un chef de guerre en lice pour aller coloniser le mythique territoire de l’Atlantide, situé sur la carte quelque part au sud de la Crète, à l’opposé de l’entrée de vos colons (principalement par le Nord).

Il s'agit d'un jeu de confrontation à la fois directe (basé sur l’expansion expansion territoriale – forcément au détriment des autres), et indirecte (par le développement technologique de votre civilisation). Expansion et Développement sont d’ailleurs les deux actions principales du jeu (A son tour, on choisit l’une ou l’autre, jamais les deux). A 4 et à 3 joueurs des parties de la carte sont condamnées pour garantir une certaine tension dans la partie. Les actions sont payées au moyen de « temps », ce qui est logique : « Rome ne s’est pas faite en un jour », et la Grèce non plus !
La barême de l’action développement est toujours le même : 7 temps pour construire une technologie ou une merveille (moins les éventuelles réductions). Celui de l’expansion varie suivant si vous introduisez un colon (2 temps) ou pas, le déplacez sur la terre (1 temps par case) ou sur la mer (2 temps). L’action expansion a toujours pour finalité la prise de possession d’un territoire soit neutre soit sous contrôle adverse. Les prises de possession ne se déroulent que sur les provinces d’arrivées, pas celles de transit et on peut transiter par les provinces fermées au début de la partie.
Au cours de la partie, on peut accumuler des crédits temps qui finiront par permettre de jouer des actions supplémentaires puisque la partie prendra fin pour chaque joueur au franchissement de la dernière case « Zeus ». On aura alors le choix de s’arrêter ou de rejouer une dernière action sans toutefois dépasser la case « croix ». L’impact de la dernière action devra néanmoins être rapproché des points de prestige qu’elle fait perdre puisque les points de fin de partie vont decrescendo jusqu’à la case finale.

Et la marque dans tout cela ? Elle est comptabilisée en fin de partie. 1 point de prestige (PP) par territoire occupé sauf Atlantide (2 PP / province), 2 points pour chaque tuile technologique ajoutée à son domaine, ou +3 (Poésie) ou +5 (Philosophie), les points de case finale (entre la dernière case Zeus et la dernière case du plateau marquée d’une croix) auxquels s’ajoutent les PP accumulés devant vous au cours du jeu ; 1 point par carte destin non utilisée. Le gagnant est celui qui a le plus de points de prestige, et l’égalité est brisée par le nombre de développement technologiques et merveilles construits.

Les plus : la sensation de jouer à un jeu de civi avec temps maitrisé (on n’est pas parti pour 4 ou 5h à jouer à Olympos. Il fallait le faire), une part de hasard relativement acceptable, la gestion maline du temps et le fait que celui qui en a le moins utilisé rejoue, jamais vue dans un autre jeu. Une bonne courbe d’apprentissage car c’est un faux jeu familial [il est facile à jouer mais subtil à conduire], et enfin une bonne liaison entre les deux actions (car certains développement technologiques apportent des bonus permanents pur l’action expansion, par exemple pour se déplacer ou combattre).

Les moins : l’envahisseur gagne sans combat donc c‘est un peu cheaté, pas de visibilité sur le score en cours de partie puisqu’un se sert de la piste du temps pour décompter les points de prestige A LA FIN, une réalisation qui pêche par souci d’économie (cartonnette qui tient lieu de plateau des développements technologiques, mouais…)

En conclusion, c’est un bon jeu avec des mécaniques réellement innovantes, l’équilibrage du jeu est assez bon et l’ensemble cohérent, mais avec une réalisation un peu juste qui –hélas- limite le plaisir de l’expérience ludique. 8.3/10. Extensionné avec Oikoumène, je monte ma note à 8.5 car cette extension apporte de nouvelles technologies, de nouvelles merveilles, mais surtout des objectifs communs toujours gage d’émulation dans un jeu déjà doté de beaucoup d’interaction.
 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default