Ce jeu est sorti le 16 mai 2006, et a été ajouté en base le 30 janv. 2006 par Monsieur Phal

édition 2006
Par Bruno Cathala et Ludovic Maublanc
Illustré par Julien Delval
Édité par Days of Wonder
Distribué par Asmodée

Standalone

Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court...

Autant le dire tout de suite, Cléopâtre et la Société des Architectes est avant tout un jeu familial ; le genre de jeu conçu pour plaire à tous, et qui risque donc de déplaire à ceux qui exigent de se creuser la tête. Pour ma part, je trouve que dans son format, c’est un jeu plutôt bien conçu. Comme d’habitude, l’éditeur ne faillit pas à sa réputation en nous proposant un matériel époustouflant : une boîte réversible à la Niagara, deux beaux plateaux de jeu, des figurines, des pyramides pour les pépettes, divers jetons, une multitude de cartes joliment illustrées, des dés spéciaux, des mosaïques pour les jardins, et surtout, une foison d'éléments du palais (trône, sphinx, obélisques, pans de mur...) donnant au jeu un magnifique rendu 3D. Le thème est admirablement présent, fidèle à l'esprit "Astérix et Cléopâtre" : les joueurs incarnent des Numérobis en herbe, construisant peu à peu les éléments du palais, en utilisant des matériaux douteux pour accélérer la construction, faisant appel à des personnages peu recommandables, et en espérant finir la partie couvert d'or... à moins de finir auparavant dans l’estomac des crocodiles sacrés. Le système de jeu, quant à lui, ne dépareille pas avec les précédents Days of Wonder, puisqu’elle s’appuie principalement sur des combinaisons de cartes, avec un astucieux système de pioche à « double sens ». D’autres mécanismes s’y greffent agréablement, du placement (pose de mosaïques et de bâtiments) aux enchères (offrande du grand prêtre), en passant par la bonne idée des points de corruption, qui rajoute au jeu une part de bluff, de prise de risques, et beaucoup d'ambiance.

Il est certain que le matériel d'excellent qualité et le thème sympathique de Cléopâtreparticipe largement au plaisir de jouer. Avec des mécanismes un peu moins hasardeux, il m'aurait certainement plu encore d'avantage, mais peut-être aurait-il alors perdu de son côté familial. Cléopâtre et la Société des Architectes n'en demeure pas moins un bon cru DoW, ou au moins en tout cas un jeu à découvrir.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default