Ce jeu est sorti le 9 févr. 2002, et a été ajouté en base le 9 févr. 2002 par XavO

édition 1976
Par Allan B. Calhammer
Édité par MIRO-Meccano

Standalone 7 éditions

Le mètre jeu

Edité pour la première fois en 1959, ce jeu est d'une surprenante modernité. Pas de dé, donc pas hasard, une interactivité extraordinaire et des qualités stratégiques exceptionnelles. Souvent imité, tous les jeux à dimension diplomatique s'en inspirent plus ou moins, il n'a jamais été égalé. La règle s'explique en deux minutes, et c'est tellement simple que ça pourrait être allemand. Mais ici, à la différence d'un Intrige par exemple, la diplomatie n'est pas un but en soi, la dimension stratégique sous-tendant en permanence les négociations. Et il faut être tout autant fin psychologue que bon stratège pour l'emporter. L'oublier c'est se mettre tous les autres joueurs à dos... et perdre assurément. L'idée géniale de ce jeu est d'obliger les joueurs à s'entredéchirer, puisque on ne peut s'emparer que d'un territoire qui appartient à un autre, alors qu'on ne peut gagner sans s'allier. C'est tout le paradoxe... et le plaisir de ce jeu. Trahir ou mourir.

Cela donne une ambiance indescriptible, faite de tension et de complots, de coup de poignards dans le dos et de grands éclats de rire. C'est d'ailleurs le seul jeu a à la fois me nouer le ventre et me faire me tordre de rire cinq heures durant. Car le jeu est long, très long, trop ? Mais ici on ne joue pas, on se passionne. On se plonge dans diplomatie comme on entre en sacerdoce. Indéniablement un jeu pour les joueurs purs et durs, ceux qui sont capables d'y consacrer plus de temps qu'ils n'en ont, qui doivent finir une partie coûte que coûte. Mais si vous trouvez sept gars de ce type, alors je vous envie déjà. L'ambiance est incomparable, et je me souviens encore d'une certaine partie que j'ai disputée il y a près de 20 ans. Et ça, de quel autre jeu pouvez vous en dire autant ?

Bien sûr l'équilibre des pays est contestable, et les Austro-hongrois n'ont que leurs yeux pour pleurer; mais c'est une opportunité pour changer de style de jeu selon sa situation géopolitique. Cela permet aussi de donner aux meilleurs joueurs un handicap. De même, il est possible que tel mouvement idiot se révèle finalement très payant. Mais sans ces défauts le jeu serait trop calculateur, trop froid. Une expérience inoubliable à partir de 5 joueurs. Et vous entonnerez bientôt avec moi : "la Galicie... aussi !"

NB : La dernière édition du jeu par Hasbro est aussi hideuse qu'injouable, préférez lui celle de Descartes qui a la meilleure notice (enrichie de commentaires de parties) ou, mieux, celle de Parker qui reste de loin la plus lisible.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default