Le marché s'effondre

2,0

J'aurais du mal à le cacher : Black Monday est typiquement le genre de jeu que je n'apprécie pas. Pour tout dire, même en cherchant un peu, même en y mettant de la bonne volonté, je n'arrive pas à trouver d'arguments en faveur de ce petit jeu de Sid Sackson. Au contraire.

Avant toute chose, il faut souligner la grande laideur des cartes. Black Monday est l'adaptation commerciale du Card Stock Market de Sid Sackson, qui se joue avec des cartes classiques. La valeur ajoutée de l'édition Hexagames n'est pas vraiment tangible. On pourrait même dire qu'elle est négative tant le design de l'ensemble augmente le côté austère et froid du jeu. Et il n'est pas aidé par son thème. Le titre fait référence au crash boursier d'octobre 1987. Il s'agira donc d'acheter et de vendre des actions tout en influençant les prix du marché afin de réaliser les transactions financières les plus rentables. Pas très attrayant.

Les mécanismes sont simples – on ne peut pas leur enlever ça – mais, à trop faire simple, Sid Sackson a fait simpliste. Les cartes font tout. Elles représentent les actions et permettent d'influencer les cours. Autrement dit, il vaut mieux avoir les bonnes cartes en main pour l'emporter. La part de hasard étant non négligeable et les interactions fortes, le jeu est assez peu contrôlable. De plus, il est court et manque terriblement de profondeur. En une ou deux parties, on en a fait le tour. Black Monday ne propose rien d'extraordinaire. Sid Sackson a fait mieux.

Commentaires

Default