Ce jeu est sorti le 9 févr. 2002, et a été ajouté en base le 9 févr. 2002 par XavO

édition 1976
Par Allan B. Calhammer
Édité par MIRO-Meccano

Standalone 7 éditions

Le jeu qui ne laisse personne indifférent

On adore ou on déteste, mais souvent il n'y a pas d'intermédiaire.
D'abord, le jeu demande beaucoup de temps, c'est sur, mais le chronométrage permet de savoir pour combien de temps on s'investit.
Ensuite, pour faire une vraie partie, il faut être pile 7, pas facile à réunir pile 7 (mais c'est pareil pour Junta).
Pour continuer, il est possible qu'un joueur ait vite fini sa partie, ou n'ait qu'un rôle plus que marginal, car l'idée que l'on peut revenir et souvent saugrenue lorsque l'on joue avec des partenaires qui ont l'écume aux lèvres.
Enfin, toute la mécanique du jeu repose sur le système de déplacement combat très abstrait ou il n'est aucune chance, et sur la négociation impitoyable entre les joueurs où il faut absolument jouer avec des gens qui supportent la défaite. Quand on trahit, on trahit. Mais avant et après, on peut encore mentir, entourlouper, faire peur, pitié, passer par tout le spectre des sentiments humains les plus retors pour gagner. La victoire ne peut avoir lieu que par là, et c'est d'ailleurs ce qui fait l'intérêt du jeu.
Si vous réunissez toutes ses conditions, Diplo est un vrai plaisir, à la fois autour d'une table, mais aussi sur internet. J'ai joué des parties par mail qui furent des affrontements géniaux, qui tenaient du jeu de rôle puisque nous personnalisions nos missives avec des ambiances, papiers peints, musiques,... Tout à fait passionnant, mais dévorateur de temps.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default