Ce jeu est sorti le 14 sept. 2017, et a été ajouté en base le 11 août 2017 par Mathilde-Gigamic

édition 2017
Par Laurence Gamelin et Philippe Gamelin
Illustré par Jonathan Aucomte
Édité par Gigamic
Distribué par Gigamic

Standalone 2 éditions
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Le jeu où l'on peut se faire éliminer, même quand la partie est gagnée.

Je n'aime pas ce genre de jeux où il faut éliminer des joueurs pour gagner. Les joueurs éliminés précocement doivent attendre que la partie se termine, en n'agissant pas. Pire encore, les négociations sont profondément injustes : des alliances OK, mais ça peut vite dégénérer : alliances entre époux envers et contre tout, tensions entre joueurs...

Galérapagos n'échappe pas à ce constat. L'idée est intéressante : s'entraider, jusqu'à ce que les conditions ne poussent à trahir pour survivre. C'est thématique. J'aime les jeux plus bisounours, où les efforts de chacun, dans un coopératif, sont récompensés. Il ne faut pas perdre de vue que ce jeu est un faux coopératif (cf sous-titre). Et j'ai du mal avec ces jeux. Cela ne cadre pas avec ma mentalité. Je joue pour m'amuser avec mes voisins, pas me fâcher avec eux. Je ne joue pas non plus pour reproduire ce qui peut se rencontrer dans la vie réelle ( ceux qui se comportent, dans les relations de groupe en loups/agneaux/suiveurs ou profiteurs/altruistes/suiveurs). Ce n'est donc un problème que pour moi. Je suis conscient que ce jeu est fait pour d'autres que moi.

Cependant, j'ai constaté un problème dans le jeu et qui concerne les cartes que l'on peut chercher dans l'épave (et que l'on a au départ) : certaines sont très puissantes (révolver, gourde car l'eau est très importante, canne à pêche dans une moindre mesure) et d'autres moins, voire inutiles (c'est revendiqué : certaines ne servent à rien). Les cartes peuvent donc avantager des joueurs de manière trop importante et ce dès le début de la partie. Certes, on peut tuer un joueur pour se partager ses cartes, mais ce n'est pas lui qui les donne, elles sont distribuées à ses voisins immédiats au hasard. Donc sa mort ne peut pas servir à ceux qui sont en position de fragilité, s'ils ne se trouvent pas à ses côtés. Il ne peut non plus, dans un dernier souffle, récompenser ceux qui lui sont restés fidèles, pour qu'ils le vengent de son assassin, rendant l'assassinat sans réelle conséquence négatives à soupeser avec de passer à l'acte.

C'est enfin un jeu pour lequel il faut choisir ses partenaires de jeu avec attention, car les parties seront différentes selon qui est autour de la table. Durant la partie que j'ai jouée, un joueur a tout fait pour réduire nos efforts à néant et amener la phase de trahison. Et le pire, c'est que nous ne pouvions pas l'éliminer : il avait un révolver chargé, la gourde et d'autres cartes. Donc qui voulait prendre le risque de l'éliminer ? Personne. Et le pire, c'est qu'en fin de partie, il restait suffisamment d'eau et de provisions pour que les 4 joueurs survivants s'en sortent. Il a tout fait pour en tuer encore 2 (une des 2 victimes a survécu grâce à une carte lancée par son épouse pour le ranimer). Quel intérêt ? Cela m'a encore plus fâché avec ce jeu qui favorise les trahisons gratuites.

Donc, je n'aime pas ce genre de jeux qui peuvent fâcher autour de la table et encore moins celui-ci où les actes de méchanceté gratuits sont récompensés. Ma note est donc basse : même en sachant qu'il s'agissait d'un jeu de fourberies, donc pas pour moi, je ne m'y suis pas amusé et ai vécu comme une injustice mon élimination alors que la partie était achevée.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default