Imperial
2 à 6 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
180 min
Temps de partie
42,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Le jeu amoral qu'il faut creuser, un système de conflit d'intérêt intéressant

8,0

Une partie jouée, des sentiments mitigés, mais envie d'y rejouer, c'est bon signe !

Dans Imperial, oubliez votre moralité : vous allez prendre des parts financières dans des complexes militaro-industriels divers et faire affronter les armées de différents pays pour en tirer un maximum de bénéfices.

Concept difficile à gérer: bien que vous controliez au départ un pays, vous n'êtes pas ce pays. Vous êtes un investisseur qui peut investir dans le pays que vous controlez, ou chez son adversaire ! Vous pouvez gagner militairement, mais perdre financièrement, hors l'objectif est d'avoir le plus d'argent à la fin : pas de confusion !
Il faut donc savoir investir dans un pays, en prendre le contrôle pour en tirer un maximum, puis savoir laisser le contrôle du pays à un autre (car on peut changer de pays, voire ne plus en controler du tout et jouer quand même!), investir chez l'ennemi puis en prendre le contrôle pour descendre les armées que vous aviez vous-mêmes construites en face. Ca, pour moi qui suit un vieux joueur de Suprémacy, c'est dur!

Tout repose sur le conflit et le partage d'intérêt : parfois, votre intérêt croise celui d'un adversaire, vous vous favorisez, puis vos intérêts divergent, mais convergent avec un autre...

Et c'est là ce qui est difficile : on a parfois l'impression que tout ceci est incontrolable, que la stratégie choisie est imprévisible dans ses résultats tant les calculs sont complexes, l'anticipation difficile.
De plus, le système de la carte investisseur est douteux : il vaut mieux sans doute tout de suite jouer la variante qui la supprime, même si elle est un peu plus chaotique.

Le jeu mérite qu'on s'y intéresse avant de porter un résultat définitif. C'est déjà bien.

Commentaires

Default