Le Graal de la frustration

7,0
Avis donné après 4 parties (plus le tutoriel) et près de 20h de jeu.
D'abord les points forts, déjà cités ici et là :
- les règles plutôt claires avec un tutoriel très bien foutu.
- matériel sympa (notamment les figurines menhirs une fois sous couchées, brossées : un sundrop maison qui fait le job) et la narration très développée avec un ancrage dans le mythe du Graal et des Chevaliers de la Table Ronde très bien amené.
- Le système de combat et de de diplomatie original (avec son revers, voir plus bas).

Mais au final, je suis déçu..trop frustrant, trop punitif, trop de tours sans pouvoir faire grand chose si ce n'est économiser son énergie pour ne pas finir épuisé (Beor et le cercle vicieux blessure purulente !!!).
Tout est tendu ou presque, la nourriture, la magie, l'énergie, les combats et la diplomatie trop dépendants des 3 cartes piochées, l'amélioration des compétences qui coûte très très cher...on a souvent eu l'impression que c'était plié 3 tours avant l'extinction du dernier menhir.
Ajoutons à ça quelques lancés de dés qui peuvent bien vous pourrir l'aventure...
J'ai surtout envie de prendre le bouquin d'exploration et de le lire pour connaitre l'histoire, encore une fois de grande qualité. Alors oui, avec l'expérience, tout ça est peut-être gérable mais je n'ai pas envie de persévérer.
Bref, un jeu avec des qualités indéniables mais qui ne m'amuse pas.


EDIT : je complète (et nuance) mon avis après 11 chapitres joués (plus de 20 sessions de jeu). Ma partenaire de jeu adore donc on a poursuivi l'aventure !

Avec l'expérience et en mode histoire, nous arrivons assez facilement à ne plus mourir ( ! ). L'histoire est passionnante, les chemins possibles multiples et la campagne pourra être rejouée sans problème tellement il y a de choses à découvrir. C'est vraiment la grande force du jeu.
Si l'aspect punitif se gomme avec la progression des personnages, la chasse aux ressources pour allumer les menhirs reste plombante et peut vraiment hacher certains chapitres au point de casser complétement la narration.

Commentaires

Default