7.97 
3 avis

Description du jeu :

Seth est réveillé !La vallée du Nil tressaille. Au cœur du delta, une sombre lueur pourpre transperce les cieux et glace vos troupes d'effroi.Un ancien dieu s'est réveillé, et sa cruauté n'a d'égale q... En savoir plus

Achetez ce jeu sur :
Ce que l'on n'aime pas
Aucun pour ou contre

Le dieu de la destruction bouleverse les règles

La reste de ma critique sur le site VonGuru : https://vonguru.fr/2018/12/02/kemet-seth-le-dieu-de-la-destruction-bouleverse-les-regles/

Si vous aimez Kemet, Seth est indispensable. Bien sûr on pourrait dans un premier temps être sceptique sur le passage à l’asymétrie, mais Seth est une véritable extension, qui ne bouleverse le jeu de base que pour l’enrichir, et sans revenir sur aucune des mécaniques qui lui donnaient son identité. Au contraire, la thématisation est même plus forte que jamais, grâce à une scénarisation qui embarque d’emblée les joueurs, et aux nouveautés ludiques qui la soutiennent, extrêmement bien pensées, pour que le Dieu de la Destruction ne puisse pas faire autrement que d’être obsédé par une destruction très séduisante, quand la Communauté des dieux est contrainte de dialogues, de partager, de s’entraider, si elle veut remporter la victoire. Naturellement, le travail graphique n’est pas en reste : comme dans Kemet, la cité de Seth est assez terne et impersonnelle, quand les illustrations par Dimitri Bielak et Émile Denis des tuiles et cartes Combat sont magnifiques (pour le coup, la boîte ne ment pas), et les trois figurines de créatures incomparables, en particulier les impressionnants cobra et « crocodile ». Et une fois que l’on maîtrise les règles de Kemet, celles de Seth sont parfaitement claires et détaillées, contribuant à faire du jeu l’une des créations les plus notables de Matagot.
 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default