Ce jeu est sorti le 17 déc. 2004, et a été ajouté en base le 27 oct. 2004 par Guyomar

édition 2004
Par Klaus-Jürgen Wrede
Édité par Rio Grande Games et Hans im Glück
Distribué par Schmidt France

Standalone

*LE* Carcassonne que j'attendais

Dans la famille des Carcassonne "je pioche une tuile, je pose une tuile", je n'étais qu'un amateur très modéré: jeux légers et particulièrement tactiques mais dénués d'ambiance. Des faux airs de "je calcule", mais tributaires du tirage de la pioche.

Donc je dois dire que ce qui m'a donné envie d'essayer "La Cité" a d'abord été le look et non pas "l'effet de gamme". Une grosse boite en bois remplis de superbes tuiles, et des remparts, des tours et une porte de la ville en bois, ça donne envie d'aimer le jeu, mais en vaut-il la peine?

Et après avoir joué, j'ai été immédiatement convaincu, et après de nombreuses parties, je confirme que c'est *LE* Carcassonne que j'attendais.

Bien sûr, on tire toujours une pile au hasard dans la pioche. Dans les Carcassonne "classiques", ce hasard était exaspérant car les possibilités de pose limitées. Avec Carcassonne La Cité, ce n'est pas le cas: je joue avec la règle standard de pioche d'une tuile à chaque tour, et cela fonctionne à merveille. A tel point que je recommande de ne pas utiliser la variante, de peur que le jeu ne devienne vraiment trop calculateur (tour de jeu trop long et impatience des adversaires). La raison du changement? Tout simplement les contraintes de connexions qui sont beaucoup plus légères, et donc les opportunités de placement beaucoup plus nombreuses. Du coup, il y a toujours qqchose d'utile à faire avec une tuile.

Seconde innovation marquante: le calcul des points en cours de partie. Un peu plus alambiqué que la version classique, je l'admets, mais pour une bonne raison. Alors que dans la version classique les points étaient linéaires et favorisaient donc autant les "gagne-petit" que les audacieux, "La Cité" encourage les constructions plus ambitieuses, en doublant les PV des routes d'une longueur de 4 ou plus, et en multipliant les marchés contenant des marchandises diversifiées. Ca n'a l'air de rien, mais ça augmente la cohérence du paysage que l'on construit.

Troisième innovation marquante: l'interdiction de placer un bonhomme sur une construction que l'on vient juste de fermer. Ces petits points gagnés sans mérite de la version classique m'énervaient, et "La Cité" les a supprimés!

Et enfin, la quatrième innovation marquante, tant esthétiquement que tactiquement: la pose des remparts. Elle permet de multiples tactiques comme freiner la progression d'une construction adverse, calculer qui doit la déclencher pour placer un gardien à un endroit stratégique, inciter à poser tous les remparts d'un seul côté pour augmenter le gain des tours...

Bref, s'il ne devait y en avoir qu'un seul, ce serait celui-là!

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default