Ce jeu est sorti le 29 oct. 2001, et a été ajouté en base le 29 oct. 2001 par Phil Goude

édition 1998
Par Reiner Knizia
Illustré par Franz Vohwinkel
Édité par Jeux Descartes, Hans im Glück, Abacusspiele et Rio Grande Games
Distribué par Asmodée

Standalone

Le boeuf est lent mais la terre est patiente

Voici l'une des meilleures créations du Dr Knizia.
Les plateaux-puzzles (un ami aurait bien vu tout ce joli petit matos en bois) qui permettent des parties plus ou moins courtes en fonction du nombre de joueurs procurera le même plaisir, et les petites effigies en bakélite noire en jettent énormément.
Reste maintenant à voir les règles.
Comme souvent la simplicité et la richesse tactique sont de rigueur (comme dans le travail de Kris Burm également).
La pose est toujours un choix terrible à faire.
A bien y regarder il est plus facile à deux de contrôler quelque chose dans la partie malgré le tirage aléatoire des tuiles.
Il suffira simplement de compter ce que vous avez et de voir ce qu'il reste sur le plateau pour savoir ce que possède votre adversaire et d'agir en conséquence pour lui sucrer une pièce sous le nez.
A partir de trois c'est déjà beaucoup plus difficile.
L'option de commencer avec 5 tuiles choisies pour les avertis est une excellente idée, surtout pour celui qui commence.
Le choix sera vite fait de choisir quatre bateaux et une pièce quelconque en fonction de la stratégie que l'on veut établir et de la configuration du plateau de jeu.
On bloque ainsi pas mal d'accès à double contact.
Les pièces maîtresses qui changent la donne sont de très astucieuses initiatives et tombent comme un couperet et les tuiles qui permettent de rejouer sont tout aussi puissantes.
Samurai s'avère être captivant de bout en bout et une première partie invite la revanche à s'installer, où l'on ne commettra pas les mêmes erreurs de jeunesse.
La pratique apporte la sagesse.
Il faudra frapper vite, fort, au bon endroit et au bon moment.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default