Ce jeu est sorti le 15 oct. 2007, et a été ajouté en base le 15 oct. 2007 par Ludigaume

édition 2007
Par Walther Mac Gerdts
Illustré par Matthias Catrein
Édité par Eggertspiele et Rio Grande Games

Standalone 1 extension

La roue d'action à la ville...

"Hamburgum" permet de se rendre compte de ce que peut donner la fameuse roue d'action (présente dans le sympathique "Antique" et l'excellent "Imperial") dans le cadre d'un jeu de gestion.

Le jeu en lui même est très standard. Je produis des cubes que je vends grâce à mes bateaux au court indiqué (qui dépend des bâtiments déjà construits) et avec l'argent j'achète des matières premières qui vont me permettre d'acheter des bâtiments ou de faire des donations qui vont me faire gagner directement ou non des points de victoire (je résume à peine). La, il faut avouer qu'il n'y a pas grand chose de nouveau sous le soleil.

La roue d'action dans tout ca apporte ses bénéfices habituels. La roue est rapide, efficace par succession de petites actions simples à réaliser et à expliquer, mais aussi tactique avec des choix à faire sur la séquence des actions et leurs couts éventuels en points de victoire si on souhaite aller plus vite que la musique (trois cases gratuites par tour).

Le jeu à deux est un peu frustrant car on peut jouer quasiment chacun dans son coin sans considérer son adversaire. A cinq, c'est l'inverse. Le jeu devient assez stéréotypé, avec tout le monde qui se jette sur la construction de bâtiments à cause du risque de pénurie. Trois ou quatre joueurs me semblent être la meilleure configuration pour ce jeu...

Le matériel est quant à lui de très bonne qualité. Solide, massif, efficace, ... allemand !? ;o)

A l'arrivée, je placerais "Hamburgum" au même niveau que « Antique » mais derrière "Imperial" (mon préféré) dans la liste des jeux employant la fameuse roue d'action. Dans le monde des jeux de gestion, "Hamburgum" me semble aujourd'hui vraiment quelconque dans ses mécanismes et très stéréotypé dans ses stratégies.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default