La fève qu'on avale

1,8

Je tiens à préciser que je suis pourtant un gourmand, et que j'aime les amandes.

Alors pourquoi cela n'a pas pris entre elle (la galette) et moi ?

1-les chances de couper la galette sur la fève sont de 100-(N/10) où N est le nombre de joueurs, c'est ridicule et le jeu est donc injouable la plupart du temps.

2-prendre le risque de perdre une dent en croquant sur la fève

3-récupérer un amas de plastique blanc informe en guise de trophée

4-voir la moitié des convives stopper le jeu à mi partie pour cause de fève révélée

A moins que tout cela soit plus profond, je me revois petit, au collège ? en primaire ? le souvenir est trop douloureux, et je ne sais le dater avec précision. Donc je me revois à la cantine, c'est le jour de la galette (plutot infame, mais passons, la douleur est ailleurs), jour de réjouissance ? oh que non car ce jour là, le sort t'a élu, tu es ce putain de roi, tu vas pouvoir lever la main bien haut, en disant à tous que oui "c'est toi le patron aujourd'hui", que tu vas choisir ta reine, la veinarde, et qu'ensemble vous allez vous placer face à la valtaille afin de recevoir l'hommage qui vous revient.

Sauf que non, plutôt crever, que cette saloperie de fève, tu vas l'avaler, et tu riras bien quand il manquera une tête à couper à l'appel. Ca leur apprendra, à ces cons là avec leurs galettes...

Commentaires

Default