Gueules noires
Ce jeu est sorti le 15 oct. 2013, et a été ajouté en base le 5 août 2013 par Docteur Mops

édition 2013
Par Wolfgang Kramer et Michael Kiesling
Illustré par Dennis Lohausen
Édité par Eggertspiele et Gigamic
Distribué par Gigamic

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

La critique de PJ

Par l'auteur et éditeur des jeux BIOUTIFOUL et JACK BANANAS.

Etrange, il s'agit d'un duo d'auteurs réputés, qui me laisse un a priori très positif, et pourtant il me semble n'avoir joué à aucun de leurs jeux récents. CAVUM, ARTUS, ASARA …, non ça ne me dit rien. Alors, quoi de neuf depuis les grands anciens TIKAL et TORRES ? Se seraient-ils cachés sous terre ?

C'est sûr que ces couleurs (…) ne nous invitent pas à une partie festive, mais bon comme disait Bachelet, le ciel, c'était l'horizon.

DANS LA BOITE

Oui, car c'est l'une des forces du jeu de nous projeter au fond de la mine. A commencer par le plateau, avec son illustration de ville minière aux couleurs maussades. C'est sûr que ces couleurs qui oscillent entre le gris, l'orange, et le noir ne nous invitent pas à une partie festive, mais bon comme disait Bachelet, "le ciel, c'était l'horizon".

Cette immersion est encore accentuée par l'usage d'un ascenseur sur chaque plateau individuel. En effet, chacun va devoir jouer avec un petit ascenseur dont la fonction est de ramener les précieux minéraux à la surface de sa mine. Sans cesse on descend, on charge, on remonte… J'ai trouvé ça très sympa et parfaitement dans le thème, dommage qu'il s'agisse là de la plus grosse originalité du jeu.

Le reste du matériel, sans pour autant nous sortir du thème, est beaucoup plus commun : des petits cubes en bois de différentes couleurs, des billets de banque un peu léger, et des pions hexagonaux qui servent d'ouvriers. Pas de petits bonhommes ? Quelque chose intrigue sur le plateau, le cadran qui sert de pointeuse en bas de celui-ci. Tiens tiens, une autre originalité !

Une règle claire, courte, bien écrite et très illustrée, avec de nombreux exemples. On peut très vite commencer à jouer car toutes les actions semblent évidentes. On s'interroge toutefois à sa lecture sur la variété des stratégies possibles. Tout le monde ne va t'il pas faire la même chose durant la partie ?

Si cette case est déjà occupée par un ou plusieurs ouvriers (...), vous les écartez tous et les remplacez par autant des vôtres plus un.

COMMENT ÇA MARCHE

Une simplicité bienvenue. A votre tour de jeu, vous posez un ouvrier sur une case action que vous faîtes immédiatement. Si cette case est déjà occupée par un ou plusieurs ouvriers, quelque soit leurs couleurs, vous les écartez tous et les remplacez par autant des vôtres plus un. Ainsi, certaines actions vont devenir de plus en plus chères en ouvriers au fur et à mesure du tour.

Parmi les actions disponibles : gagner de l'argent, creuser les galeries en dépensant de l'argent, extraire les minéraux grâce à son ascenseur, piocher des cartes commandes, et enfin servir les commandes. La partie se joue en trois manches et est assez rapide pour un jeu de gestion.

L'autre originalité du jeu est donc le cadran ou pointeuse qui sert de décompte des points au bas du plateau, avec un système de majorités. Ce cadran est divisé en trois parties, chacune correspondant à une façon bien précise de compter les points à la fin d'une manche :

A la fin de la première, seule la couleur des minéraux rapporte des points. A la seconde, on recompte les points comme pour la première manche, plus en fonction des types de commandes passées (brouette, chariot, camion, ou train). A la troisième, on recompte les points comme pour les deux premières, plus en fonction des types de galeries creusées.

Les points vont donc s'accumuler de plus en plus manche après manche. Il faut savoir qu'à l'issue des deux premières, seules les cartes commandes réalisées avec succès, c'est à dire posées faces cachées devant soi, seront prises en compte. Il peut donc être utile de mémoriser un minimum l'avance de chacun dans tel ou tel domaine, pour ne pas se faire surprendre au moment du décompte.

Mais pas d'inquiétude, il s'agit plus de mémoriser une tendance chez les autres joueurs que de tout retenir par coeur !

CE QUE J'EN PENSE

On ne retrouve pas les galeries sinueuses d'un SABOTEUR, et la pénibilité du travail n'y est pas du tout représenté, mais ça tombe bien puisque c'est davantage la gestion d'une mine qui nous est demandée, et non le travail épuisant au fond d'un boyau. A ce titre, les couleurs, l'ascenseur, la gestion de l'argent et la concurrence pour les commandes nous mettent bien dans l'ambiance.

Certains joueurs pourraient facilement avoir peur à l'idée de devoir mémoriser toutes les cartes commandes des autres joueurs, car les majorités et donc la distribution des points se feront sur celles-ci. Mais pas d'inquiétude, il s'agit plus de mémoriser une tendance chez les autres joueurs que de tout retenir par coeur ! De plus à l'issue de chaque manche, on révèle nos cartes une nouvelle fois pour le décompte des points.

Un point m'ennuie, il est presque impossible de bloquer un adversaire, puisqu'il lui suffit de surenchérir d'un ouvrier pour quand même faire l'action. Cela conduit plus ou moins tous les joueurs à faire à peu de chose près la même partie. Néanmoins vu que la partie est rapide et ne se joue qu'en trois manches, c'est peut-être bien vu dans la mesure où il n'y aura pas la frustration de voir tout son plan raté à cause d'une seule case inaccessible !

Il y aura certainement un petit côté répétitif à chaque partie, car rien sur le plateau central ou devant soi ne viendra perturber le cours des événements. Ni grève, ni coup de grisou. Pour les joueurs aguerris, le manque de coups bas sera un peu frustrant et la différence se fera alors à la mémoire. Pour le grand public en revanche, il s'agit d'un jeu de gestion parfaitement accessible, où tout est maitrisable, sans blocage, et où la mémoire joue seulement un rôle secondaire.

Il est presque impossible de bloquer un adversaire, puisqu'il lui suffit de surenchérir d'un ouvrier pour quand même faire l'action.

A 2 JOUEURS

Certaines cases du plateau sont inaccessibles à 2 ou 3 joueurs. Cela donne plus de batailles sur les cases restantes et obligera à surenchérir davantage avec ses ouvriers. Heureusement cela est compensé par un nombre un peu plus important d'ouvriers, pour éviter d'avoir des manches trop courtes. Aussi efficace à 2 qu'à 4.

VERDICT

Une excellente introduction au jeu de gestion pour le grand public, s'il passe outre le thème et les couleurs un peu tristounettes. Les gros joueurs apprécieront de le découvrir, c'est certain, mais n'y reviendront qu'une fois de temps en temps malgré ses qualités.

PJ

Pour lire toutes mes critiques...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default