De Vulgari Eloquentia

de Mario Papini
De Vulgari Eloquentia
8.56 
83 avis

Description du jeu :

Dans l’Italie de la fin du Moyen-Âge, les marchands de tissu avaient besoin de rédiger leurs contrats dans une langue comprise de tout le monde et les lettrés cherchaient une alternative à la langue l... En savoir plus

Prix de vente conseillé : 42,00 €
Catégories

L'éloquence est peut être vulgaire mais pas le jeu

De Vulgari Eloquentia, qui tire son titre d'un texte de Dante Alighieri, est un jeu atypique. Si sa filiation avec le jeu de gestion à l'Allemande ne fait aucun doute il s'en distingue par une personnalité hors du commun et une générosité ludique un peu brouillonne mais indéniablement passionnée et qui ne laissera pas indifférent. Son originalité s'exprime dès son thème - l'utilisation à l'écrit de la langue vulgaire à la place du latin dans l'Italie médiévale - et l'envie évidente de lui laisser présider à tous les aspects du jeu, en particulier l'identité graphique et la mécanique ludique. Il en résulte un foisonnement de détails qui rend le jeu difficile d'approche, à la fois par manque de lisibilité immédiate (l'iconographie et la nature des actions proposées n'ont rien d'évident à mémoriser) et sur la durée d'une partie (plusieurs filières de jeu sont possibles et il est difficile d'appréhender a priori leur validité). Mais c'est cette richesse - à peine entachée de petites imperfections qui contribuent paradoxalement au charme du jeu - qui fait tout l'intérêt de De Vulgari Eloquentia, au prix d'une courbe d'apprentissage plus longue qu'à l'ordinaire. En particulier trois idées très séduisantes se trouvent au cœur du système :

- chaque joueur dispose à son tour de cinq jetons pour jouer ses actions. Mais contrairement à un jeu de pose d'ouvriers standard seules les ressources sont limitées puisque le joueur suivant reprend du plateau les cinq jetons pour les utiliser lui-même à son tour. Les emplacements disponibles permettent en fait de limiter le nombre d'actions d'un même type qu'un joueur peut réaliser dans son tour (et de prendre en considération une éventuelle majoration du coût).

- chaque joueur incarne un personnage qui se déplace en Italie. Certaines des actions du jeu sont ouvertes ou fermées selon la région dans laquelle on se trouve. Et certains événements particuliers - connus par avance - prendront place à un tour précis dans une région spécifique. Comme se déplacer consomme des jetons d'action il est donc nécessaire d'anticiper au mieux son itinéraire tout au long du jeu.

- les joueurs commencent comme simples marchands mais peuvent choisir en cours de jeu d'entrer dans les Ordres, d'abord comme Frère puis comme Cardinal, le choix étant irrévocable. Chaque rôle dispose d'avantages spécifiques (et parfois interdépendants, en particulier en ce qui concerne la richesse) et d'une condition particulière - plus ou moins difficile à satisfaire - pour marquer des points de victoire en fin de partie. A cela il faut ajouter qu'il existe de nombreux moyens de marquer des points de victoire en cours de jeu et que le jeu propose un équilibrage complexe entre ces différentes filières et les ressources et moyens dont disposent les joueurs en fonction des rôles qu'ils occupent.

Ce dernier aspect contribue à mon sens à faire de De Vulgari Eloquentia un jeu passionnant et à part, qui mérite que l'on s'investisse dans des règles touffues et pas nécessairement présentées de la manière la plus judicieuse qui soit et que l'on fasse abstraction du matériel peu lisible.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default