Ce jeu est sorti le 29 oct. 2001, et a été ajouté en base le 29 oct. 2001 par Phil Goude

édition 1998
Par Reiner Knizia
Illustré par Franz Vohwinkel
Édité par Jeux Descartes, Hans im Glück, Abacusspiele et Rio Grande Games
Distribué par Asmodée

Standalone

Knizia au pays du solei levant

Comme souvent pour un auteur prolifique comme Knizia, on peut s'attendre au pire comme au meilleur. Le principal reproche qui est fait au maître Knizia, c'est vu son oeuvre prolifique d'avoir un peu tendance à réutiliser certains mécanismes présents dans ses jeux pour les proposer dans d'autres (les citées perdues et Keltis par exemple). L'autre reproche, c'est également de proposer des jeux qui sont relativement abstraits et dont le thème n'est qu'une façade.

Autant le dire tout de suite, le thème n'est qu'un paravent (japonais bien sûr) et on pourrait en proposer des dizaines tout aussi mal adaptés. Par contre, ce qui est nettement plus intéressant, c'est que le jeu fonctionne et qu'il est très fluide.

Le jeu est basiquement un jeu de placement et de majorité où pour obtenir un des trois types de trésor, il faut être majoritaire sur les cases adjacentes. Mais le jeu est fluide, offrant une interactivité certaine entre les joueurs. Ce n'est pas qu'un jeu de réflexion, car la hasard est relativement présent dans la pioche des tuiles (ce que j'apprécie, car un jeu sans hasard me semble en général trop froid). Et certaines tuiles permettent des rebondissements en permettant des inversions, des poses de plusieurs tuiles, etc...

En conclusion, un jeu qui fait pour beaucoup partie des classiques, facile à apprendre, facile à jouer et rapide à perdre :-) Je recommande particulière les parties à deux qui sont en général intenses et tendues.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default