Il n'y a corail qui m'aille

7,2
Nombre de parties jouées : 10

Reef est un jeu abstrait simple à appréhender, avec un matériel qui donne envie de jouer et qui le rend particulièrement addictif. On le rapprochera du coup naturellement d'Azul du même éditeur.

L'exercice intellectuel proposé est intéressant : il faudra savoir planifier les meilleurs enchaînements possibles avec ses cartes de façon à marquer le maximum de points. Toutefois il faudra rester souple : il sera parfois nécessaire de jouer des tours à vide pour préparer des gros coups, et souvent l’apparition de certaines cartes obligera à revoir ses plans longuement mûris pour bifurquer vers d'autres combos autrement plus lucratifs. A chaque coup se posera donc la question de savoir s'il est plus intéressant de continuer sur la ligne directrice qu'on s'était fixée ou de prendre de nouvelles cartes pour s'ouvrir de nouvelles possibilités de marquer en revoyant ses plans.

Sur une note négative, je regrette le manque d'interaction. Il est certes possible de prendre volontairement une carte à un adversaire, mais il est rare que sorte une carte qui arrange immédiatement un adversaire, les coups se réfléchissant sur plusieurs tours. En conséquent il est souvent compliqué de prévoir quelle carte prendre pour désavantager l'adversaire. Par ailleurs, la carte ainsi volée risque d'être un boulet dans notre propre jeu donc au final on évite. Le plus souvent, on piquera une carte à un adversaire car elle nous arrange également, mais pas forcément dans l'intention première de lui nuire.

C'est malgré cela un jeu que j'aime beaucoup, facile à sortir avec tous types de joueurs, aussi bon à 2 qu'à 4, mais je lui préfère toujours Azul pour son côté méchant que je ne retrouve pas ici.

Commentaires

Default