Ce jeu est sorti le 6 oct. 2008, et a été ajouté en base le 15 janv. 2013 par Monsieur Phal

édition 2013
Par Matt Leacock
Illustré par Chris Quilliams
Édité par Filosofia
Distribué par Asmodee

Standalone 7 extensions 5 éditions

"Il est beaucoup plus facile d'inventer de nouvelles maladies que d'inventer de nouveaux médicaments." Peter C. Gøtzsche

Pandémie est mon premier jeu coopératif ; je pense que je me souviendrais toujours de ma première partie… de la belle raclée qu’on s’était pris déjà mais surtout de cette claque prise en découvrant qu’on pouvait jouer à un jeu tous ensembles, sans être opposés les uns aux autres.

Les +

- Simple. Les règles sont simples, c’est un jeu idéal pour initier de nouveaux joueurs ou des personnes qui sont mauvaises perdantes.

- Plusieurs rôles. La boite de base offre la possibilité de jouer avec 5 rôles qui ont tous des petits pouvoirs spécifiques. Cinq rôles ce n’est certes pas énorme mais ça offre tout de même une belle variété.

- Difficulté modulable. La difficulté du jeu est modulable, vous pouvez commencer gentiment avec 4 cartes d’épidémie ou faire bien plus violent avec 6 cartes.

- Immersif. Contre toute attente (les cubes ce n’est pas très immersif pour moi) j’ai trouvé le jeu particulièrement immersif, il est tendu et on sent le stress monter au fur à mesure que les maladies se répandent… on hésite par moment devant des dilemmes (faut-il s’occuper de cet endroit pour prévenir une éclosion ou se dépêcher de rejoindre un collègue pour lui donner la carte qu’il lui manque ? etc.)

Les –

- Apparence. Avec sa mappemonde, ses pions (j’ai personnellement remplacé les mien par des twimples, qui sont du plus bel effet) et les cubes en bois le jeu à l’air assez froid, ça peut freiner certains joueurs… mais une fois lancés on oublie vite l’aspect plutôt austère.

- Le hasard. Le jeu n’est pas totalement dépendant du hasard bien sur, on peut même pas mal réfléchir mais le jeu étant composé de deux pioches il y a évidemment une dose de hasard qui peut parfois être frustrante et entrainer vers la défaite (même si vous jouez très bien).

- L’effet leader. Le plus gros défaut de pandémie (que l’on retrouve dans un certain nombre de coopératifs) est le risque de voir un joueur s’imposer en décisionnaire et diriger les autres.

- Absence de scénarios. Des scénarios existent et ont été mis à disposition en ligne par Filosofia (ils sont, à ma connaissance, au nombre de deux)…. Ces scénarios ajoutaient une petite dose de challenge en plus et il est dommage qu’ils n’aient pas été directement inclus dans la boite de base (ne serais-ce que pour montrer aux moins curieux que la création de missions est possible).

Conclusion

Pandémie est désormais un classique du genre et on comprend pourquoi, malgré son aspect assez froid et le risque de voir un joueur prendre toutes les décisions il s’agit d’un très bon jeu, dont la difficulté reste facilement modulable (en mettant plus ou moins de cartes épidémie, en fabriquant un petit scénario ou, bien sur, en ajoutant une des extensions parues à ce jour).

Note (basée sur le système bgg) : 8 (très bon jeu, j’aime y jouer. J’en proposerais volontiers une partie et n’en refuserais jamais une.)
Je ne commente et note que les jeux auxquels j’ai joué 10 fois minimum

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default