Ys

Par Cyril Demaegd
Illustré par Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
3 à 4 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
75 min
Temps de partie
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Hissez haut

7,1

Pour un jeu de pure majorité de 2004, force est de constater que Ys tient encore largement la route pas loin de 10 ans plus tard.

Le principe de placer un courtier sur deux face cachée fait toute la saveur de ce titre.
Il y a plusieurs manières d'utiliser les différentes valeurs de courtiers, en annonçant clairement la couleur (un gros 4 visible) pour décourager la concurrence, en tentant d'obtenir discrètement une majorité seul sur un district (un petit 0 face cachée), en envoyant ses courtiers faibles au marché pour le PV et bourrer les urnes sur une colonne/ligne...

L'interaction est forte et il s'agit surtout de bien sentir les coups pour ne pas s'enliser dans une lutte couteuse pour la majorité sur un quartier, ne pas laisser trop de gains à bas prix aux adversaires, bien anticiper les valeurs relatives des différentes gemmes... Mais là, tout ne dépend pas que de soi, et un adversaire peut très bien décider de manière incompréhensible de venir nous saborder tous les deux en me concurrençant sur un quartier où j'avais pourtant mis le paquet (ouvrant un boulevard aux autres).

Les cartes et les pouvoirs associés sont un gros plus, même si je les ai trouvées assez inégales, tant en termes de rentabilité que d'intérêt à jouer. Le Héraut par exemple semble bien plus puissant que le Mage, etc.

Plusieurs mini-regrets :
- l'échelle de points des gemmes noires est quasiment linéaire à part pour les deux premières, et au final entre une gemme noire et trois PV, c'est quasiment la même chose (j'aurais vu quelque chose de plus exponentiel...)
- la dernière manche théoriquement tendue pour arracher des majorités au dernier moment est dans les faits assez monotone puisqu'il ne s'agit plus que de récupérer des gemmes. Entre une gemme blanche et une gemme blanche, les choix reviennent là encore du pareil au même.

Ys est au final un jeu de majorité exemplaire et interactif qui vaut encore largement le coup d'être joué, même si il manque quelque chose pour me donner envie d'y revenir régulièrement.
La relative linéarité de la partie et un léger manque de contrôle (inhérent au genre) m'ont en fait laissé un peu sur ma faim.

Commentaires

Default