Ce jeu est sorti le 28 févr. 2004, et a été ajouté en base le 5 janv. 2004 par 20.100

édition 2004
Illustré par Andrea Boeckhoff
Édité par Amigo SPIEL + FREIZEIT GMBH
Distribué par Gigamic

Standalone 1 extension
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Hehi ! Heho !

Les jeux coopératifs avec un traitre ne sont pas légions (Les Chevaliers de la Table Ronde, Le Seigneur des Anneaux avec l'extention Sauron et bien entendu Saboteur) et heureusement car ils représentent un véritable défit au niveau de l'équilibre. Le traître ne doit pas être trop puissant sinon il gagne à tous les coups mais si il n'a pas assez d'influence, il n'apporte rien au jeu.

Même si Saboteur n'est pas un vrai jeu coopératif, les mécanismes fonctionnent dans le même esprit. On crée un chemin avec des cartes/tuiles afin d'atteindre l'or. Chacun en profite mais certains plus que d'autres. Ici, le jeu ne joue pas vraiment contre les joueurs (ou alors il ne faut pas avoir de bol du tout) et tout repose sur les épaules du/des saboteurs. Oui car il peut y avoir un paquet de saboteur et on se retrouve dans des configurations de jeu qui rappellent les Loups-Garous de Thercelieux.
Mais là ou le bas blesse, c'est qu'on réalise rapidement que la mission des saboteurs relève de la mission suicide. Dans certaines configurations (en particulier avec un seul saboteur), il est même quasi impossible de faire perdre les autres sans que la chance s'en mêle. Après plusieurs parties, je dois dire que la balance penche très nettement du côté des gentils, même si j'ai vu un ou deux coups de bluff géniaux de la part des vilains.

Bref, Saboteur est un jeu distrayant mais clairement difficile pour les saboteurs. Du coup, il perd une bonne partie de son intérêt et disparaît au milieu de la jungle des jeux "bien sans plus".

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default