Kragmortha
Ce jeu est sorti le 1 juin 2007, et a été ajouté en base le 1 juin 2007 par LordFPL

édition 2007
Par Walter Obert, Chiara Ferlito, Massimiliano Enrico, Fabrizio bonifacio et Riccardo Crosa
Illustré par Mad4Gamestyle et Riccardo Crosa
Édité par Ubik
Distribué par Millennium et Stratelibri

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Hara-kiri... Ou Ha ha, qui rit ?

Les + :

    Le matériel.
    Les illustrations.
    L'atmosphère.
    Règles simples.
    Plateau adaptable au nombre de joueurs.

Les - :

    Des gages parfois durs pouvant rebuter un joueur.
    Des fins de parties cahotiques, "brutales" et frustrantes.
    On oublie vite notre mission de base, pour se concentrer sur les gages.
    Beaucoup de hasard, peu de stratégie.

En bref

Comme l'indique quelque part mon titre, je suis partagé.
S'il avait existé, j'aurais opté pour le 2,5. Dans l'impossibilité de le faire, je vais me résoudre à un « bon 2 ».

Le matériel, le graphisme du plateau, des personnages, des cartes, etc… est sympathique, et aide le joueur à s’identifier aux serviteurs intenables du terrible seigneur Rigor Mortis.

Les règles sont simples, et permettent de vite se lancer dans le jeu. Les 3 cartes de déplacement permettent de tenter quelques montages stratégiques en prévoyant (si possible en fonction du tirage et donc du facteur chance) son prochain mouvement. On peut même parfois se garder un plan B sous le coude. Parfois.

Seulement, quand vient l’heure du gage, le système commence à se gripper.

D’un côté, c’est là que réside l’intérêt du jeu, et son côté humoristique. Mais le revers de la médaille, c’est que certains gages rendent la poursuite du jeu très compliquée pour le joueur, quand ils ne gâchent pas simplement son plaisir.
Et à partir de là, ça peut aller très vite : si vous oublier un court instant de garder la position imposée par le gage, si la carte pleine de sueur glisse subrepticement de l’endroit où vous l’avez tant bien que mal calée, vous avez le droit de vite l’y remettre, MAIS en plus, d’hériter d’un second gage.
Sachant qu’à partir du moment où un joueur hérite de 3 gages, la partie est terminée, vous aurez compris que le jeu peut vite prendre fin.

Parfois c’est le supplicié lui-même qui va accélérer la fin du jeu pour abréger ses souffrances.

La conclusion du jeu peu se montrer brutale, frustrante et illogique. Le gagnant étant celui qui a le moins de gage, ou en cas d’égalité, celui qui a réussi à aller le plus souvent prendre un sort sur le bureau de Rigor Mortis.

Ce qui constitue à la base votre objectif, mais que l’on perd bien vite de vue pour éviter Rigor Mortis (et donc les gages), et surtout pour tenter de déplacer ce dernier vers nos malheureux compagnons, quand on ne les pousse pas directement dans ses griffes.

Un jeu basé sur un univers riche, sur de bonnes idées, mais pas assez équilibré pour être un incontournable, auquel on peut jouer avec n’importe qui.

Si vous jouez rarement, passez votre chemin. Sinon, ce jeu peu enrichir votre ludothèque, pour varier les plaisirs.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default