Lord Of The Ring le jeu de figurines à collectionner.  Le Balrog
Ce jeu est sorti le 9 juin 2008, et a été ajouté en base le 9 juin 2008 par Tomdeath

édition 2004
Édité par Sabertooth Games
Distribué par Sabertooth Games

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Gros potentiel de fourberies !

Je craque en donnant mon avis après seulement une partie avec le Balrog et la version survitaminée de Gandalf (et c'est même pas moi qui ai joué la bêêête) !

Les défauts rapidos parce que tout n'est pas parfait. Avec 8 cases au sol, forcément, la bête prend de la place, on est parfois obligé de faire monter la piétaille sur sa queue (...) pour pouvoir la placer à proximité. Je ne parlerais même pas de l'épée, longue de trois cases et à hauteur d'homme, donc plus que gênante : on est sans cesse en train de faire attention que certaines figs ne soient pas déplacées par inadvertance. C'est à se demander si les créateurs ont vraiment pensé qu'on pouvait jouer avec car ils auraient pu se démerder pour la mettre en hauteur de manière à pas gêner. Et pourtant quel plaisir de jouer avec !

Les compétences du Balrog ont été vraiment bien pensées et très cohérentes avec l'image qu'on peut se faire d'un tel monstre. Entre "Créature volante", "Présence terrifiante", "Effroyable" et "Taille imposante" (sans parler de "Rafales"), on a la possibilité de multiplier les casse-couilleries, de casser le jeu de l'adversaire, de massacrer sans résistance aucune (bon ok j'en rajoute là) ! Ce qui est bon avec ce système des compétences, c'est qu'on déroge à certaines règles (comme souvent dans les jeux d'ailleurs). Et là le Balrog s'en donne à coeur joie. Il fait un petit vol, se pose tranquillement face à Gandalf, qui du coup ne peut plus tirer (ses potentiels 28 dés...). Comme il a le droit de tirer après son déplacement, et ce bien qu'il soit dans la zone de danger de l'adversaire (deux choses que normalement personne ne peut faire...), il assène donc un premier coup... Ensuite pendant sa phase d'action, l'adversaire est obligé de dépenser un point d'action ou de se désengager (auquel cas il se prend une attaque gratuite de 7 dés...). De plus, il y a une foultitude de compétences dont le Balrog se moque comme de son premier petit déj' de Gobelin de la Moria... Pour finir, quand il se déplace il peut se désengager sans subir d'attaque gratuite (sauf s'il commence son déplacement dans la zone de danger d'un ennemi) et, par exemple, yark yark yark, vous prendre à revers. Je passe sur les possibilités liées à l'aptitude "taille imposante"...
Du coup c'est un peu "laborieux" de maîtriser tous les changements induits par sa présence dans un combat mais c'est du régal !
Pour compenser ce déferlement de diableries, Gandalf a un tir puissant : 14 dés à 7 cases, multipliables par deux avec "Volées de flèches". Il vaut mieux s'en préserver ! Bon, j'ai fait un lancer de 28 dés, résultat : 2 soldats morts, une blessure à un héros. C'est peu mais c'est rassurant car je pensais qu'il était trop fort. Du coup je me demande si c'est pas l'inverse ! A confirmer avec l'expérience !

Il faut ici souligner la beauté du Balrog. Cela fait bien un an que je l'ai sur mon armoire, je le regarde presque tous les jours tant la bête est finement ciselée et je n'en suis toujours pas lassé. Massive, sombre et éblouissante à la fois par la juxtaposition du noir et de couleurs rougeoyantes, ailes démesurées, faciès démoniaque, épée monstrueuse. Tout est dans la démesure (ah les ricains...!) et on en redemande. Pour moi c'est une vraie oeuvre d'art !! On ressent le plaisir typique lié à l'esthétique du matériel, mais proportionnellement à la taille de la fig ! Pour moi, le Nazgul sur la bête ailée n'a pas la même prestance.

Beaucoup de bonnes choses donc !

Commentaires

Default