Through The Ages : L'Histoire vous appartient
Ce jeu est sorti le 26 févr. 2016, et a été ajouté en base le 26 déc. 2015 par Lionel2212

édition 2016
Par Vlaada Chvátil
Illustré par Milan Vavron
Édité par IELLO et Czech Games Edition
Distribué par IELLO

Standalone 5 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Gigantissime

Through the Ages est un jeu de civilisation, c’est-à-dire de gestion / développement pour 2 à 4 joueurs, basé sur un système d’acquisition de cartes de différents âges (I, II, et III) représentant différents niveaux de développement dans les divers domaines que sont la politique (cartes de régimes, régissant le nombre d’actions à jouer par tour), le militaire (cartes militaires, régissant le nombre d’unités militaires), l’agriculture, les mines (cartes de production, de nourriture et de ressources) et la culture (cartes de bâtiments urbains, augmentant les échelles de science, culture et bonheur).

Très souvent (70% des cas), une action de votre tour de jeu va se résumer à acheter une carte pour l’ajouter à sa main, OU jouer une carte de sa main sur son plateau OU affecter un ouvrier de sa réserve sur une des cartes préimprimées ou bien jouées sur le plateau après avoir été préalablement acquises sur le plateau central puis jouées sur le plateau perso. Les reste du temps (30% des cas), on va recruter de nouveaux ouvriers disponibles, acheter une merveille, construire une étape de merveille ou améliorer ses bâtiments et technologies existants pour qu’ils produisent davantage.
Tout complexe qu’il paraisse, il y a quelques chose de limpide dans le déroulement de TTA, et c’est ce qui contribue à l’excellente réputation qu’on lui connaît: on commence par recruter, pour produire, pour nourrir / construire. Si j’accrois ma population, elle va vouloir de la culture (science-religion-divertissement) pour être heureuse d’une part et progresser de plus en plus vite d’autre part, sinon on va stagner et créer des mécontents qui pourront déclencher une révolte. Si je construis trop de bâtiments par rapport à ma réserve d’ouvriers disponibles, ils ne produiront rien et je n’aurai finalement pas optimisé l’utilisation de mes ressources. Plus je recrute, plus je devrai nourrir. Si je ne peux pas le faire, je vais perdre du prestige. Tous ces aspects sont fidèlement restitués dans le gameplay.
Pour la partie asymétrique et imprévisible, ajoutez à cela, les cartes actions, qui offrent des bonus uniques lorsqu’elles sont jouées, les leaders, qui procurent des avantages tant qu’ils sont en jeu, et les merveilles qui donnent des avantages permanents une fois achevées, plus tout l’aspect politico-militaire avec le jeu des pactes/guerres/tactiques qui garantissent une certaine dose d’interaction et pas seulement une gestion de domaine juxtaposée « plan-plan », vous vous retrouverez alors avec un jeu aux possibilités immenses, qui vont aller crescendo au fur et à mesure que les âges avancent car les cartes disponibles deviennent plus puissantes.

Et c’est ça Through the Ages. Un concentré de mécaniques imbriquées qui vous donnera l’impression que 7 Wonders se destine aux préadolescents. Vous remarquerez d’ailleurs qu’au niveau vocabulaire, on retrouve dans Through the Ages un bon nombre de notions présentes dans 7 Wonders (les périodes 1-2-3, les leaders, les merveilles, le militaire, la progression par chainage sont quelques exemples), mais les deux jeux ne se font clairement pas concurrence tant ils ne s’adressent pas au même public.

Et la fin de la partie dans tout ça ? Elle est déclenchée lorsque les cartes de l’âge III ne peuvent plus être complétées. On termine alors la « manche » (tour complet de chaque joueur) et on en fait une dernier tour de table sans ajout de nouvelle carte. On procède ensuite au décompte final, qui –tenez vous bien- n’a pas le même barème d’une partie à l’autre, car il dépendra des événements programmés au cours de la partie par chacun des joueurs à l’âge III. Il y a donc une nécessité d’avoir une vision long terme et d’orienter son jeu en conséquence.

En résumé Through the Ages est tout simplement brillant. Si vous n’y avez jamais joué, ne vous attendez pas à le maîtriser en une fois. 2 ou 3 joueurs c’est l’idéal. A 4 c’est long (mini 3h30 avec des joueurs rôdés +30mn par joueur non rôdé) et il faut une très grande table. Les décomptes finaux ne sont pas très orthodoxes puisqu’ils changent à chaque fois. Malgré tout, ce jeu est une référence, et la dernière édition (4ème) a apporté le coup de jeune attendu aux graphismes ainsi qu’un rééquilibrage entre le civil et le militaire, et entre les cartes. 9.2/10

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default