Ce jeu est sorti le 12 sept. 2012, et a été ajouté en base le 12 sept. 2012 par Docteur Mops

édition 2012
Par Yoann Levet
Illustré par Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 1 extension

Gestion de fourmillère brise-neurones

Voici le nouveau Tric Trac d'Or ... Que vaut donc ce jeu ?

Les qualités :

La mécanique assez bien huilée avec des choix difficiles (dans la tradition Ystari)
Le thème plutôt bien rendu
Un matériel globalement de qualité (sauf les fourmis mais j'y reviendrai)
Une excellente rejouabilité (stratégies variées , plateau et objectifs qui changent à chaque fois)
De jolies illustrations
Des règles assez simples au final, même si elles sont plombées par beaucoup de petits détails peu évidents à assimiler du premier coup .

Les défauts :
Les pions fourmis en plastique trop petits (j'ai presque failli les écraser avec mes gros doigts. Il aurait presque fallu une pince à timbres pour les prendre !!!) Des pions plus gros eussent été les bienvenus.

Le côté aléatoire des évènements de saison , liés aux dés. Certes, on peut ajuster en consommant des larves, mais cela peut revenir cher.

Le jeu se déroule sur 9 tours. 9 tours, c'est très court. Cela oblige donc à optimiser ses actions lors de sa programmation, d'autant plus qu'une erreur aux premiers tours se paye cash en fin de partie. On a donc un jeu très calculatoire (apportez le doliprane !)

L'interaction est présente, mais uniquement sur le plateau via les phéromones. De plus, comme on ne peut pas virer une tuile avec des cubes dessus, il faut privilégier le positionnement tactique plutôt que l'attaque directe.

Je n'ai pas compris l'utilité de la perte d'une ouvrière lorsque celle-ci sort de la fourmillère pour poser une tuile phéromone. Outre le fait que c'est illogique (comment le sentier odorant existe-il si la fourmi exploratrice n'est jamais rentrée à la base pour rapporter l'information? ), c'est assez cher payé (il faut 2 nourrices pour 1 ouvrière), et peut handicaper un joueur, surtout en début de partie.

Le côté un peu déjà vu de la mécanique, qui reprend des éléments à la Agricola ; où la dernière année est une gigantesque course aux PV et le 3ème et le 6ème tour une course à la bouffe.

Le bilan :

Myrmès est un donc jeu de gestion dans la tradition allemande, qui ravira les amateurs de par sa grande rejouabilité, celle-ci pouvant compenser à leurs yeux les défauts cités plus haut. Pour les autres, je vous conseille de vous initier à un jeu de gestion plus abordable avant de faire une partie de celui-ci. A défaut, vous risqueriez de passer à côté du jeu.
J'ajouterai qu'il faut aimer se triturer la cervelle avec ce jeu. Certes, cela vaut pour tous les jeux de gestion, mais celui-ci est encore plus exigeant car c'est un jeu de gestion et de programmation. Vous devez donc programmer vos actions en planifiant dans votre tête ce que vous ferez au prochain tour. Je passe évidemment sur le risque élevé d'analysis paralysis qui peut allonger la durée de la partie. (Avez-vous toujours votre tube de doliprane à portée de main??)

Puisqu'au final , il faut conclure cette littérature et mettre une note, je dirais que Myrmès est un bon jeu de gestion avec un thème original, mais trop calculatoire à mes yeux. J'ajouterai que la moindre erreur est fatale sur la piste de score et peut générer un sentiment de frustration, d'autant plus que le jeu est court (9 tours). C'est sans doute à cause de ces 2 derniers éléments, que ce jeu ne pas pas laissé un goût de reviens-y, contrairement à une autre star de la compétition des TT d'or; en l'occurence Archipelago. Ma note est donc de 3,5/5 pour le jeu ; arrondi à 3/5 pour mon ressenti)

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default