Troyes
Ce jeu est sorti le 28 oct. 2010, et a été ajouté en base le 22 juin 2010 par 20.100

édition 2010
Par Alain Orban, Xavier Georges et Sébastien Dujardin
Illustré par Alexandre Roche
Édité par Pearl Games
Distribué par Millennium

Standalone 2 extensions 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Gand Cru

Je suis devenu monomaniaque. Je ne joue plus qu’à Troyes (ou presque).
Pourtant, la première fois on m’y a obligé. C’était l’époque où la règle du propotype évoluait entre chaque coup. Que de chemin parcouru depuis. Les prototypes successifs étaient déjà très prometteurs, le jeu édité consacre l’aboutissement du développement d’une idée fondatrice géniale : réduire à portion congrue le hasard généré par le lancer d’une brouette de dés, par un mécanisme de mise en commun/ achat.

La grande force de Troyes pour ses amateurs (bien sur il faut un prérequis : aimer ce genre de gros jeu), c’est que vous ne vous en lasserez pas.
Les multiples combinaisons de mises en place, elle-mêmes combinées aux multiples orientations stratégiques et choix tactiques que les joueurs auront à prendre, feront que deux parties ne se ressembleront presque jamais. Sauf si vous le faites exprès, bien sûr.
Lors d’une partie, la lutte contre les événements semblera ultra puissante. Lors de la partie suivante, vous constaterez que c’est un placement judicieux à la cathédrale qui a fait la différence. A la partie suivante, c’est un bon score sur les rôles qui paiera. A la suivante, ce sera une belle combo de cartes blanc/jaune qui donnera un avantage indéniable à celui ou celle qui saura en tirer profit dans le bon rythme et la bonne mesure. Etc, etc …

Au-delà de ses qualités mécaniques, Troyes est aussi un grand jeu en raison de son intensité. La recherche du meilleur coup est passionnante. On fait souvent des grands coups, si on se donne la peine de les rechercher. Que les adversaires n’ont pas forcément vu venir. On se fait piquer ses meilleurs dés, mais on en récupère tout autant pourvu qu’on ait suffisamment de deniers au moment opportun. Priver un adversaire d’un grand coup potentiel est pour moi le moment le plus amusant du jeu.

Troyes n’a pas tardé à devenir un succès, et a le potentiel pour devenir un classique des « jeux pour joueurs ».

Nbre de parties jouées: 10 à 20

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default