Les Princes de Florence
Ce jeu est sorti le 11 mai 2007, et a été ajouté en base le 25 sept. 2006 par Guyomar

édition 2007
Par Wolfgang Kramer et Richard Ulrich
Illustré par Eckhardt Freytag et Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games, Quined Games, Pro Ludo et Nexus
Distribué par Millennium

Standalone 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Florence, c'est le contraire de Capri : c'est pas fini et on en a toujours envie :)

Ahh les Princes de Florence
Ça date pas d'hier hein. Première édition, en casque à pointes uniquement, datée de l'année 2000. Déjà 7 ans. 'Tain de c'est pas possib de je le crois pas, j'aurais pu y jouer déjà depuis 7 ans !
Karis et Ystari ont répondu favorablement à une idée de réédition/traduction. Bien leur en a pris ! ;)

Alors le jeu en tant que tel :
-Un matériel qui certes ne se range pas dans la partie thermoformée (OK passons, Karis a expliqué le pourquoi du comment, et c'est un point surprenant mais assez mineur, même si etc.). Mais un bô matériel : plateaux chouettes, avec des explications dessus façon Caylus (merci !), belles cartes, sans être non plus du matos d'exception.
-Des règles très bien expliquées, avec le classique résumé sur la partie droite de la page, mais attention aux points de règles précis sur ce qu'on a le droit ou non de faire… Juste quelques doutes sur valeur artistique / prestige suite à une première lecture, mais quelqu'un qui y a déjà joué l'explique en 30 secondes.
-Une règle plus bifluorée par rapport à l'édition originale, qui enrichit le jeu d'une phase de type Citadelles : non encore testée, à suivre, mais ça s'annonce comme un gros +. Pour finir sur les règles, une dernière partie nous propose de jouer en concertation / collaboration. Cela ne demande qu'à être pratiqué pour peu que dans 10 ans on ait fait trop de parties 'classiques', mais c'est peut-être de la bombe hein ;)
-Un thème relativement rare dans le monde ludique (Leonardo Da Vinci…), extrèmement plaisant et pas du tout "plaqué" : tout est logique et permet une certaine immersion.

Quels sont les mécanismes à l'œuvre ? Des enchères, du placement de batiments façon 'Tetris', de l'optimisation de dotations, de la réflexion sur le tempo des découvertes/œuvres d'art, de l'arbitrage "libre" entre argent et points de victoire, dans un nombre assez limité (mais idéal) de tours et avec des choix cornéliens à faire.

Les enchères sont une des clés du jeu : comment faire monter l'autre sans se retrouver avec un item qu'on ne souhaitait pas, jusqu'où payer pour obtenir ce qu'on pense être la meilleure chose ? C'est du classique, mais comme il n'y a que 7 tours pour les 7 items différents de la phase enchères et qu'on ne peut en acheter qu'un à chaque tour, c'est chaud ! Il faut en plus garder un peu de brouzouf pour la phase suivante… En passant, l'argent compte vraiment (pas comme d'autres jeux récents ;) ), et on rage de perdre "de force" une enchère parce que l'autre méchant a plus d'argent que soi.

Concernant la phase actions, on peut gagner de plein de façons différentes, sans forcément proposer une découverte à chaque tour comme j'en avais peur au départ. On n'est jamais sûr de gagner en réalisant ça ou ça, mais on peut perdre à coup sûr si, notamment, on place mal ses bâtiments, tout ça rajoute encore à la tension. Quand à la valeur de l'œuvre d'art, c'est un des points d'interactions délicat : comment évaluer ce que peuvent proposer les autres au même tour ?…

Enfin, autre point clé du jeu, l'arbitrage brouzouf / points de victoire. C'est assez difficile de choisir, et cela dépend du numéro du tour en cours, de ce qu'on planifie ensuite, etc. Le but est de se retrouver sans argent ou presque à la toute fin, sans en manquer en cours de partie. On se surprend à dépenser un peu plus que ce qu'on aurait fait isolément, juste pour passer devant tel ou tel adversaire au décompte immédiat du prestige ;)

Ce n'est pas, contrairement à des craintes initiales, qu'un jeu dont les points de victoire dépendent d'un choix entre gagner 4 points avec un batiment qui plait à 25% des artistes ou gagner 2 points avec un truc qui plait à tous les artistes, c'est à la fois ça et bien plus, tellement plus !

Petits défauts mineurs : un temps d'attente qui peut être long au moment où tout le monde réfléchit à ses actions, notamment concernant la valeur de l'œuvre qu'on va proposer (en espérant faire plus de points pour avoir le bonus), et peu de possibilités de freiner le futur vainqueur après le 5° tour. Certains aimeront, d'autres moins. J'aurais aimé une carte permettant de proposer que plusieurs joueurs mettent en commun une certaine somme pour diminuer le prestige d'un joueur sous quelques conditions (qu'il soit en tête de tant ou autre), en le justifiant vu le thème (campagne de dénigrement auprès de la population florentine par ex) ;))). On peut aussi être découragé si on voit qu'on a trop de retard en milieu de partie, ou si sur les 5 cartes piochées (bonus ou prestige), aucune par malheur ne correspond à son plateau ou à ses artistes.

Ces défauts sont mineurs, les qualités sont énormes, le jeu est dans un dosage parfait entre jeu familial et jeu pour joueur passionné, la durée du jeu appréciée (autour de 2 heures en général, sauf pour la première partie), le thème est très bien choisi et s'insère naturellement, femmes et hommes aiment de concert. Et je n'ai pas encore encore pu tester avec la partie "Citadelles" du jeu c'est dire sa richesse.

Je le recommande bien évidemment, il passe direct en tête de mon top 5 :D
Un conseil : faites payer cher pour les saltimbanques et pour les cartes prestige ;)

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default