Ce jeu est sorti le 24 déc. 2008, et a été ajouté en base le 9 juil. 2008 par 20.100

édition 2008
Par Klaus-Jürgen Wrede
Illustré par Franz Vohwinkel
Édité par Hans im Glück

Standalone

Fleur de mai c’est pas l’pied !

Un Carcassonne de trop.

La recette commence à être usée. L’achat d’une nième boite de Carcassonne ne se fait qu’avec l’espoir d’un renouveau.
La présence des arpenteurs est certes un plus qui rend le jeu plus tactique et plus tendu, mais cela ne justifie de remettre le couvert.

Le traitement (la maltraitance) du thème : la découverte de l’Amérique par les (presque) premiers colons, où on découvre des villes déjà bâties fait sourire, mais surtout donne un sentiment de « baclé ». Cinq minutes de réflexions auraient permis de trouver autre chose : des tribus indiennes, des troupeaux de bisons, des lacs, des mines d’or… N’importe quoi ! Mais pas des villes, fortifiées qui plus est.

On imagine la discussion chez l’éditeur :
- Bon qu’est ce qu’on fait ?
- Ben heu… J’sais pas, un Carcassonne, ça marche toujours !
- Ha ouai, on a fait Carcassonne, après Carcassonne, Carcassonne au village, Carcassonne en ville, Carcassonne à la préhistoire, Carcassonne et le Dragon, Carcassonne chez les cathares, Carcassonne en Israël, on a qu’a faire Carcassonne en Amérique !
- On l’a déjà fait : discovery !
- Personne ne s’en est rendu compte ! On peut le refaire !
- OK, l’année prochaine on fait Carcassonne au Tonkin, ça sonne bien ça coco, et puis débarrassez moi de ce stock de gros bonhommes de bois en chapeau haut de formes, il n’y a que dans un Carcassonne qu’on pourra les écouler.

Bref, si vous n’avez aucun Carcassonne, achetez le vert, sinon, n’achetez pas celui là.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default