15,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

"Fais-moi risette saloperie !" Martin Brody

5,8
Qui, enfant, n’a jamais rêvé de devenir un pirate, d’écumer les mers et de déterrer les trésors laissés par d’autres flibustiers ? Croc vous propose de revivre ce genre de rêve… enfin, il vous propose surtout de tenter de ne pas vous faire dévorer par un requin.

Les +

- Le thème. Un thème très original et, moi qui suis sensible à l’humour noir, je ne peux qu’adhérer à cette course entre de pauvres pirates et le squale… Et franchement, même sans être sensible à l’humour noir je ne vois pas comment ça ne peut pas passer avec un matériel aussi régressif, j’en ai lu qui disaient que c’était horrible et honteux de jouer à un jeu sur ce thème par empathie pour les surfeurs etc, non mais vous êtes sérieux ? Vous trouvez vraiment que c’est pire qu’un monopoly ou il faut écraser les autres au nom du grand capital, qu’un five tribes ou il y a de l’esclavagisme (enfin, ça c’était avant, les bien pensants ont gagné ce combat), qu’un colt express où on doit dévaliser un train ? Et j’en passe (je ne vais pas faire tous les jeux où on peu s’imaginer un thème peut être subversif)… si vous vous arrêtez à ça vous ne devez vraiment pas jouer à grand-chose, et c’est quand même moche de prendre un JEU au sérieux comme ça… (enfin, c'est pas mon problème dans le fond, mais j'avais besoin de pousser ce petit coup de gueule).

- Matériel. Le matériel est juste génial, le requin ne sert à rien il fait juste joli sur la table (on peut très bien imaginer jouer sans lui) et les personnages que l’on peut démembrer sont tout bonnement énormes. Quel plaisir que d’en prendre un et de lui arracher un bras ou une jambe.

- Simple. Le jeu est simple et pourra sortir avec toute sorte de public, il n’y a qu’une carte à jouer par tour… le joueur qui joue la carte la plus petite va avancer son pirate devant tous les autres, puis ce sera à la valeur au dessus d’avancer et ainsi de suite ; celui qui sera à la fin se fera dévorer un membre (et avancera devant tous les autres). Il y a une petite subtilité, si deux pirates jouent la même carte ils n’avancent pas.

- Malin. C’est très simple mais malin, il peut y avoir une bonne part de bluff, on peut également faire des coups bas (par exemple en décidant de jouer une carte qui ne fera pas avancer notre pirate, car on sait que l’autre pirate qui n’avancera pas sera en première ligne pour se faire démembrer).

Les –

- Autocollants. On peut personnaliser ses pirates c’est une très bonne idée, par contre j’ai eu du mal à faire tenir mes autocollants (au niveau des têtes surtout). Au final un peu de colle et maintenant ça tient, mais c’est dommage.

- Illustrations. Les illustrations qui représentent des personnages sous forme de légos (comme les personnages en 3D au final) ne sont pas tout à fait à mon gout, je préfèrerais que ça ne représente pas des jouets (ce qui n’exclurais pas de faire des représentations comiques) mais bon, de telles illustrations permettent de faire facilement passer le jeu auprès des plus jeunes (et ça reste joliment illustré).

- Jeu de bluff. Sous ses aspects de petit jeu tout mignon, il s’agit d’un jeu de bluff/guessing/enfoiré (ce qui est très bien), malheureusement certaines personnes vont passer à coté de ça à cause de cet aspect justement enfantin… et si on passe à coté de cet aspect du jeu et qu’on pose les cartes au hasard, ben il reste pas grand-chose à sauver du jeu.

Conclusion

Croc est un petit jeu de bluff assez agréable, et son thème original est assez rafraichissant… il ne faut pas se laisser tromper par son aspect enfantin il peut être bien plus vicieux qu’il n’en a l’air et, pour en révéler tout le potentiel, il ne faut pas y jouer à la légère.

Note (basée sur le système bgg) : 6 (Jeu plutôt bon, une certaine dose de fun/challenge. J’y jouerais de manière sporadique, si je suis d’humeur.)
Je ne commente et note que les jeux auxquels j’ai joué 10 fois minimum

Commentaires

Default