Cant Stop!
Ce jeu est sorti le 4 sept. 2006, et a été ajouté en base le 19 mai 2006 par Fulgan

édition 2006
Par Sid Sackson
Édité par Asmodée
Distribué par Asmodée

Standalone 5 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Faire monter ou couler un bonze.

On me parlait depuis longtemps de Can't stop. En bien, j'entends. En même très bien. Dès l'arrivée de ce potentiel bijou, je me suis donc rué sur la boite de jeu qui, finalement, n'est pas vraiment une boîte. Enfin, si, mais à l'intérieur de la boîte, il y a un sac.

Une fois le sac ouvert, les centaines de pions dépunchés, les dés peints... Non je rigole, le matériel est certifié PAJ (Prêt A Jouer, il parait que c'est la mode des abréviations) et de très bonne facture, à l'exception du plateau de jeu, qui est un stri...angle de tissus, qui perd un peu de son impression au fil des parties. Cela n'est vraiment pas grave puisque d'une part, l'idée d'un plateau en tissu est excellente, car ça permet d'emmener le jeu partout, et d'autre part, je pense qu'il restera quand même toujours de l'impression pour voir où sont les paliers de la montagne (si tant est que l'on en ait besoin, car il suffit de savoir compter de 2 à 12 pour jouer).

Parce qu'en fait, can't stop est un jeu de prise de risque, de stop ou encore, de ça passe...ou pas? D'ailleurs, je ne l'invente pas, c'est marqué sur le plateau-Striangle. Le but est d'envoyer trois de vos pions-moines aux sommets d'une montagne, en lançant 4 dés, en les couplant par deux et en additionant ces résultats. Vous obtenez alors logiquement un nombre compris entre 2 et 12 (sinon, c'est que vous avez sauté une explication ou que vous avez quelques menus problèmes en maths).
A chaque fois que vous obtenez une nouvelle valeur, vous déposez alors un bonze (pas de vulgarité, s'il vous plait, cela pourrait salir mes oreilles et le plateau) sur la base du sommet correspondant à la valeurou là où vous êtiez arrivé sur ce sommet.

Vous êtes ensuite obligé de continuer sur les valeurs déterminées sur vos premiers lancés pour faire monter le bonze illustrant votre avancée sur le plateau.
Mais je dis obligé, alors que non, vous ne l'êtes pas, bien au contraire. Le coeur et la mécanique du jeu s'articulent en effet sur le fait que vous vous arrêtez quand vous voulez, et validez alors vos positions en déposant délicatement (je vous ai dit que le plateau était fragile)les pions de votre couleur sur les positions alors tenues par les bonzes sur les différents sommets.

Vous repartirez alors de là la prochaine fois que vous obtiendrez la valeur correspondant au sommet.


Alors, oui, dans ce jeu il y a du hasard. Voila que je vois déja des tas de fumées devant moi avec des trous en formes de joueurs d'european games (il parait que c'est comme ça qu'on dit jeu à l'allemande aujourd'hui) dans la porte. Rechargez votre pacemaker, respirez calmement s'il vous plait, pas d'inquiétudes. On est pas bien, là ? Hmmmmm ?

Bien sûr, certains intégristes pourraient dire qu'il n'y a QUE du hasard, alors que non, pas du tout, et d'abord d'en plus je vous défends de penser ça.
Le jeu est fait de hasard, bien sûr, mêlé à des probabilités : passer un tour à sortir des 6, 7 et 8 en additionant deux dés sur quatre lancés (oui lancés, pas lancers, hein ?) est -beaucoup- plus évident que d'essayer de sortir des 2, des 11 et des 12 (ou même des 13, mais là, comme je l'ai dit, je n'y suis pour rien, et Asmodée non plus...).

Mais en plus de ce mélange hasard/probabilités, il y a aussi du fun dans ce jeu. Et du fun, il y en a même beaucoup.
De nombreux joueurs ont sali leur patalon, après avoir sorti un carré de 1, alors qu'il le savait, le joueur (et le dé aussi), qu'il avait besoin d'un seul 6, d'un seul 7 ou d'un unique 8 pour terminer l'un des sommets (comme quoi, les probabilités ne restent que des probabilités et il y a du hasard dans le jeu). Par contre, quelle jouissance pour les autres joueurs, de voir Michel (c'était de lui qu'il s'agissait) se planter après avoir enchainé des 6, des 7 et des 8 pendant un tour, jubilant à chaque résultat, et amenant ses pions sur l'avant dernier palier, avant de sortir ses fabuleux, mirrifiques, flamboyants et géniaux quatre 1.

Vous l'aurez deviné, Can't stop n'est pas pour les allergiques au hasard. C'est du moins ce que vous diront, lors de belles conclusions lyriques, de nombreuses personnes. Je pense pour ma part que tout le monde peut aimer ce jeu. C'est en effet un divertissement léger et fun, qui sort facilement, et qu'il faut prendre comme tel.
Vous n'êtes pas en effet en train de jouer à un Monster game version 3.6.A après 12 heures de jeux à jouer une victoire (ou plutôt une défaite) sur un 1 parce que Didier a osé attaquer votre vaisseau amiral interstellaire magique boosté au miel avec un pitit chasseur, et que tout le monde sait que, le Didier, il a toujours eu de la chance au dé (déja tout petit, nous dit sa maman, qui vient de Nantes).

Can't stop est donc un formidable jeu d'ambiance, quend on le prend comme tel, et a tout pour plaire : fun, décisions cruciales, charriages entre joueurs, visites aux urgences après que Michel, qui jouait une fois de plus contre Didier ait avalé les dés, les jetons et le plateau, avant de finir par les bonzes, mais qui, ne vous inquiétez pas comme ça pour ce pauvre Michel, seront restitués par voies naturelles dans les 24 heures.... Mais avec ce jeu, Michel peut être vengé à tout moment, aidé par un excès de confiance de Didier... Héhéhéhé !!!

Le seul problème est une durée parfois longuette des parties pour un jeu de ce type. Heureusement, Asmodée nous a gratifié de trois varaiantes, dont une permet d'accélérer le jeu.
Les deux autres variantes n'en sont pas moins intéressantes, même si je préfère jouer avec les règles basiques.

Je mets donc un monsieur Pouic numéro 4, pour cet excellent jeu qu'est can't stop dans sa catégorie.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default