Nehemiah
Ce jeu a été ajouté en base le 2 oct. 2015

édition 2014
Par Łukasz Woźniak
Illustré par Urszula Michalska
Édité par Gry Leonardo

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Et Rabbi Jacob dans tout ça ?

Déjà, les règles s'ouvrent sur une citation tirée de la Bible : Néhémie 1:1-3. Or Néhémie est un personnage de la Bible hébraïque, figure majeure du retour à Sion, et considéré comme le principal maître d'œuvre de la reconstruction des murailles de Jérusalem (et accessoirement comme l'auteur principal du livre du même nom).

Faut dire que l'auteur crédite Dieu lui-même dans les remerciements. C'est du sérieux les gars, on n'est pas là pour rigoler !

Jugez plutôt : après des années d'errance et de captivité, les tribus israélites retournent à Jérusalem, bien décidées à reconstruire la cité et à restituer sa gloire passée. Vous êtes à la tête de l'une d'entre elles !

Heureusement (ou pas) on se moque du background, purement décoratif. Ce qui importe en réalité, c'est que vous soyez à la recherche d'un petit jeu de gestion pas trop compliqué pour initier les enfants, qui plus est rapide, genre qui se jouerait en moins d'une heure. Et bien qu'à cela ne tienne : Nehemiah est (sans doute) fait pour vous.

Le jeu n'a pas fait beaucoup parler de lui (il a même fait un bide à Gaza), et pourtant ses qualités sont évidentes.

Tout d'abord, la prise en main est simple, et la mise en place rapide. Les règles sont claires, ne comportent aucune zone d'ombre, et les expliquer est une formalité dont il est plus aisé de s'acquitter que de passer la douane suisse. Il y a même possibilité de corser un poil le jeu (sans pour autant le rendre plus compliqué) en y ajoutant les cartes Contremaîtres.

Ensuite, la mécanique est finalement assez originale pour un petit/moyen jeu tel que celui-ci : à son tour, ou bien on place un ouvrier sur une carte (il y a plusieurs cartes disposées en 4 ou 5 colonnes selon le nombre de joueurs), ou bien on active un ouvrier en le couchant (bah voui, il est fatigué !). Si l'on active un ouvrier, il est possible d'activer toutes les cartes situées plus haut et sur lesquelles se trouve un ouvrier fatigué (donc couché), à condition toutefois de payer une pièce au propriétaire de l'ouvrier. Si l'ouvrier le plus en bas d'une colonne est activé, alors on remplace toutes les cartes de cette colonne. En gros, vous savez jouer. Reste qu'il faut apprendre l'iconographie, là encore ultra limpide. Une peccadille donc !

Le but est de chopper des majorités sur 3 zones, matérialisées par trois petits plateaux : la construction des murailles de Jérusalem, le temple et la défense de la ville (la garnison). On y gagne des points de victoire à chaque fin de manche (il y en a trois en tout) en fonction de son influence.

Faut un peu cogiter quand même : savoir activer ses ouvriers au moment opportun, surveiller le positionnement de ses adversaires, gérer ses ressources (or et bois), gagner de l'influence, prévoir de refaire telle ou telle action, anticiper le remplacement d'une colonne... C'est finalement assez riche tout en restant à la fois intuitif. Les sensations de jeu ne sont pas démentielles mais bien agréables quand même.

Graphiquement, c'est efficace, et le matériel fonctionnel. La boite est petite et elle est donc facilement transportable (clin d'oeil, clin d'oeil). Il est envisageable de faire une partie en une demi heure à trois, ce qui n'est tout de même pas le Pérou. Il aurait peut être juste fallu éviter le bleu turquoise qui, même s'il est très chôli, se confond aisément avec le vert. Et puis on aurait aimé des aides de jeu sur l'intérieur du paravent (aides de jeu par ailleurs complètement dispensables tant c'est fluide). Mais ça, c'est pour chipoter, hein !

La règle est en polonais et en anglais. Pour le polonais, je ne sais pas, mais le niveau d'anglais requis est franchement loin d'être universitaire. Rien de méchant. De plus, le matériel ne comporte absolument aucun texte.

Bref ! On tient là un petit jeu sympatoche qui, s'il ne va pas vous réduire le cerveau en purée de navet, satisfera l'intérêt de tous et procurera plaisir à chacun, petits et grands. Ceux qui connaissent Cacao, récemment sorti, pourront le ranger sur la même étagère parmi les jeux familiaux malins, rapides et pas chiants.

Allez ! Comme je ne suis pas bégueule, j'ai balancé ma traduction maison sur Ludism (lien sur Tric Trac). Bon, il n'y a pas les photos d'illustrations, mais c'est déjà pas si mal.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default