Alchimistes
Par Matúš Kotry
Illustré par David Cochard
Édité par IELLO
2 à 4
Joueurs
13 ans et +
Âge
90 min
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Entre lui et moi c'est l'Alchimie Parfaite.

10,0

Pour beaucoup de jeu, je fonctionne au coup de coeur visuel/thématiques et ensuite je m'intéresse à la mécanique ; chacun son truc. Et moi mon truc, c'est les potions, les trucs magiques... bref. Alchimistes c'est tombé en plein dedans.

Autant vous dire que j'avais hâte de découvrir ce qui se cachait sous ce titre si mystérieux; autant le matériel que le fonctionnement.

Le matériel.

Je ne dirais qu'une chose : bluffée. Pour une quarantaine d'euros, avoir tout ce matériel sous les yeux c'est de la folie. Il est d'une qualité irréprochable! Le carton est solide. Les paravents individuels ne sont pas cheaps, c'est pas un petit paravent en cartons derrière lequel tu tentes de te planquer mais ça sert à rien, tes adversaires ont déjà tout vu. Non, pas du tout. les paravents sont une véritable zone de jeu où tu fais tes magouilles comme un vrai druide.

Les illustrations et j'en parle trop peu souvent, sont vraiment réussies. J'aime vraiment la patte de l'illustrateur.

Le matériel est vraiment nickel, il n'y à rien à dire. Mais comme on sait tous que ce n'est pas le matériel et la beauté d'un jeu qui le rend forcément bien, voire même très bien, voyons un peu ce qui se cache sous le chaudron.

Le jeu.

A première appréhension de la chose, on a été un peu septique : c'est cool, on doit faire des potions et trouver la solution pour chaque ingrédient. Oui, certes mais c'est loin d'être la seule règle de ce jeu. Car autant le dire tout de suite, c'est un gros jeu, avec des règles bien costaudes.

Jouer à Alchimistes c'est plusieurs choses :

    Réaliser des potions pour tenter de déterminer la molécule de chaque ingrédient : acheter des ingrédients et les tester.

    C'est publier des théories vraies ou fausses qui vont rapporter des points d'influence.

    C'est aussi les réfuter quand on pense que l'autre est en train de nous enfler sérieux.

    C'est vendre des potions aux marchands, ce qui va nous rapporter de l'or

    C'est acheter des artefacts qui vont quand même donner des bonus de malades.

Et toutes ses actions sont réalisables à l'aide de 6 petits cubes par tour (seulement 6 petits cubes, tu la sens la frustration?)

Il faut tenter au mieux d'équilibrer tout ça, de manière à remporter le plus de points possibles.

Le plateau individuel permet de relever toutes les combinaisons réalisées avec tel ou tel ingrédient : il ne faut pas être trop tête en l'air car sinon, on peut vite fausser toutes ses données, fausser ainsi ses théories et perdre rapidement des points de victoire... C'est ce qui m'est arrivé. Jm'a suis trompée de case...

L'utilisation de l'application.

J'avais vraiment peur que l'aspect convivial soit rapidement englobé par l'entrée du numérique dans le jeu. Mais en fait pas du tout.

Une grosse partie du jeu, tout ce qui tourne autour des potions, est régi par une application, qui je tiens à le souligner, fait son job à la perfection. On l'utilise pour reconnaître des ingrédients et les mixer entre eux. Ca n'empiète pas du tout sur l'aspect jeu de société mais ça vient l'étoffer, le rendre encore plus fun dans la mesure où on peut quand même jouer à deux sans avoir besoin de sacrifier une personne pour être le maitre du jeu.

Franchement, je n'ai RIEN à redire. Chapeau bas l'artiste. Pour moi, ça va être difficile de faire mieux pour cette année 2015.

Commentaires

Default